16 octobre 2021
Archives Critiques

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants : La femme de ma vie…

A l'instar de François Ozon avec son "5x2" ridicule, Yvan Attal n'a pas grand-chose de très originale à dire sur le couple avec "Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants", sauf que lui ne se prend pas trop au sérieux et que l'on rit (parfois) devant cette comédie conventionnelle et plan-plan.

Après "Ma femme est une actrice", petit film sympa et sans prétention, Attal (qui s'acharne à vouloir écrire seul) prouve qu'il a bel et bien un problème au niveau du scénario. Ici, il s'inscrit dans un genre (le film choral) et tente de narrer la chronique tendre et drôle d'un couple et de leurs amis. Soit Vincent (Yvan Attal) concessionnaire mercedes, proche de la quarantaine, partagé entre sa femme Gabrielle (Charlotte Gainsbourg) et sa maîtresse (Angie David).

Cette situation dans "Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants" pose déjà problème et semble surtout illogique. Attal filme sa femme (celle dans le film et dans la vie) comme La femme idéale (à ce propos toutes les femmes dans ce film sont assez repoussantes, sauf Charlotte), magnifique en maman comme en femme aimante. La maîtresse (qui n'a d'ailleurs pas de prénom) n'est plus que pure convention de scénario. On ne cesse de se demander ce qu'il peut bien faire avec une fille pareille (qui de plus est caricaturée en jeune femme un peu trop rigide et pas drôle dans le but toujours de porté Charlotte Gainsbourg au plus haut…).

Attal, comme Ozon d'ailleurs, pratique l'art du remplissage: les longues séquences entre Vincent et sa maîtresse sont inintéressantes tout comme celles où Gabrielle commence à douter de la fidélité son mari et part en vacances avec son fils pour se ressourcer. A côté du couple, il y a les amis. L'un est marié (Alain Chabat, le plus drôle et Emmanuelle Seigner étonnante en épouse acariâtre féministe) l'autre multiplie les aventures sexuelles (Alain Cohen, le petit garçon du Vieil homme et l'enfant avec Michel Simon).

Les trois compères se retrouvent pour jouer au foot, aux cartes, picoler, fumer un petit joint (ça fait jeune…) et parler bien sûr de leurs problèmes de cul. Cette partie du film nous vaut quelques scènes très drôles et bien écrites (« J'ai pas le droit au savoir moi ?» lance Emmanuelle Seigner à son mari quand celui-ci ne veut pas s'occuper de son fils et regarder les infos...), parfois c'est plus lourd et la beaufitude n'est pas loin.

Rien de nouveau donc pour un film qui mélange les bonnes idées et des facilités assez décevantes, s'offre une bande son de premier choix (Radiohead en tête) qui peut passer pour un caprice de petit-bourgeois (du genre « j'ai sorti mes meilleurs disques, écoutez comme j'ai bon goût… », on note aussi au passage un belle publicité pour Virgin…) et surtout donne des scènes qui frôlent le clip musical.

Charlotte Gainsbourg et Yvan Attal forment un couple qui a l'air de bien s'amuser dans la vie (à l'image de la première séquence quand ils jouent leur première rencontre dans une boîte de nuit…), on aurait aimé nous aussi s'amuser totalement avec eux.

Auteur :Christophe Roussel
Tous nos contenus sur "Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants " Toutes les critiques de "Christophe Roussel"

ça peut vous interesser

Kaamelott : Le retour du roi

Rédaction

Benedetta : Cierge, ma Marie !

Rédaction

Benedetta : Sexe, mensonge et chrétienté

Rédaction