Archives Critiques

Inception : American dreams

Issu de l'imagination de Christopher Nolan, auteur notamment de "Memento" et de "Batman Begins", "Inception" avance comme film hybride et torturé, à l'image de ses tout premiers plans qui montrent une mer agitée et un personnage échoué sur la rive.

Le film semble résulter d'un drôle de mélange des genres, comme situé au carrefour de "Solaris" (Tarkovski et Soderbergh), d'"Existenz" (Cronemberg) et de "Matrix" (les frères Wachowski) auxquels on aurait rajouté une petite pincée de James Bond agrémenté d'une pointe de film d'arts martiaux.

"Inception", derrière un habillage commercial attirant, brille en effet davantage par son envie de grandeur visuelle voire sa prétention cinématographique que par la pertinence de son propos.

Le film ne manque pourtant pas de moyens : une pléiade d'acteurs impressionnante, Hans Zimmer pour la musique, une belle photographie et des procédés de tournage à la pointe de la technologie ("Inception" sort en IMAX dans certaines salles équipées, un procédé de projection de plus en plus répandu qui vaut le détour) - ainsi que des effets spéciaux exceptionnels.

Côté acteurs, le contrat est rempli : Leonardo DiCaprio confirme une fois encore son talent entouré de nombreux seconds rôles auxquels le scénario a fait la part belle. L'image, sophistiquée et travaillée, évoque un monde désespéré et désenchanté, tel qu'il existait déjà dans "The Dark Knight", précédente réalisation de Nolan.

L'intérêt principal du film reste essentiellement visuel, présentant de beaux passages où le cinéaste crée des univers surréalistes et oniriques dans lesquels on retrouve parfois l'esprit du « film noir ». Ralentis séduisants et ostentatoires, gros plans accrocheurs, le metteur en scène filme dans l'excès, à la recherche de l'intensité et de la démesure. On aime parfois.

En revanche, difficile de suivre Nolan dans ses scènes d'action filmées caméra à la main durant lesquelles il est presque impossible de suivre l'action. Difficile également de s'intéresser à son scénario d'une complexité incroyable qui demanderait quatre visionnages avant d'en comprendre le sens. Difficile enfin de ne pas s'exaspérer de la musique d'Hans Zimmer omniprésente, tapageuse et assourdissante qui finit par passablement irriter le spectateur.

Cette sorte de grand opéra surnaturel et outrancier, ne permet à aucun moment à la question essentielle d'émerger : celle de la différenciation entre le monde de l'illusion, des rêves et celui de la réalité. La vieille question de Descartes, (« quand je suis éveillé qu'est-ce qui me prouve que je ne suis pas entrain de rêver ? »), est tout juste effleurée par un film préoccupé par sa richesse formelle et son soucis d'en mettre plein la vue. Le cogito de Descartes est ici largement minoré au profit d'un monde d'impression et d'émotions.

Dans "Solaris", Tarkovski puis Soderbergh, se demandaient comment les souvenirs et les rêves pouvaient être un chemin d'immortalité et de renaissance. Ces grands films abordaient la question de la mémoire de l'autre et de sa vie au-delà de sa mort.

Dans "Inception", les voyages dans les rêves et le subconscient, servent un scénario axé principalement sur des enjeux économiques et financiers, à l'exception de la relation entre Cobb et Mall, sa femme décédée.

Le film parvient très difficilement à prendre un peu de profondeur et d'épaisseur spirituelle. L'univers onirique devient prétexte pour laisser place à un déchaînement d'hyper violence qui, face au puritanisme américain et aux codes de censure, trouve dans le contexte des rêves sa justification.

"Inception", malgré son aspect formel séduisant, ne peut donc pas dissimuler longtemps sa fascination aliénante pour les grands thèmes du cinéma américain : le pouvoir, la violence, la puissance économique.

Auteur :Pierre Vaccaro

Tous nos contenus sur "Inception" Toutes les critiques de "Pierre Vaccaro"

ça peut vous interesser

La Mule de Clint Eastwood en Bluray

Rédaction

Once Upon a Time in Hollywood : Western Coquillettes

Rédaction

Une nouvelle bande annonce pour le prochain Tarantino !

Rédaction