Critiques

Inséparables : Une petite explosion d’humour à la grenade

Critique du film Inséparables

par Jérémy Joly


Six mois après la sortie de son premier long-métrage comique intitulé "Walter" (un beau score au box-office avec 375 000 spectateurs), Varante Soudjian est de retour avec une nouvelle comédie : Inséparables.

"Inséparables", c'est l'histoire de Mika qui, pour échapper à des hommes menaçants à qui il doit beaucoup d'argent, préfère aller en prison. Durant son séjour, il va partager sa cellule avec un détenu complètement cinglé surnommé Poutine. C'est un passionné d'armes russes, qui arrange tous ses problèmes avec une grenade et qui est un peu trop à cheval sur la politesse. Poutine, respecté car il peut se montrer très violent va protéger Mika des autres détenus. Une amitié à sens unique se crée. A sa sortie de prison, Mika parvient à prendre un nouveau départ mais alors qu'il s'apprête à épouser la fille d'un homme d'affaires riche, Poutine va ressurgir, persuadé qu'ils sont amis et va mettre la pagaille dans la nouvelle vie bien rangée de Mika.

La grande qualité de "Inséparables" est bien sûr le tandem composé de deux grands humoristes du moment. On se régale à voir Ahmed Sylla, qui s'était déjà fait remarquer au cinéma dans "L'Ascension", traîner un boulet comme Alban Ivanov, que l'on voyait habituellement dans des seconds rôles. Ce duo fonctionne à merveille, on sent que le scénario a été taillé sur mesure pour eux. Ahmed Sylla est touchant dans les scènes avec une petite pointe de drame et Alban Ivanov délicieux lorsque son personnage pète un plomb. On retrouve également deux seconds rôles intéressants : David Salles en détenu qui profite de son séjour pour se faire de l'argent et Christian Bujeau en homme d'affaires riche avec un humour complètement dépassé.

Une scène d'action vaut le coup d’œil, celle où Poutine décide de donner une bonne leçon aux hommes qui font du chantage à son ami Mika et tire en leur direction avec son arme russe préférée. On s'aperçoit alors que ce personnage est absolument sans limite, ce qui est extrêmement drôle.

Un film avec ce genre de duo n'est pas une originalité, car ce n'est pas sans rappeler Jean Reno et Gérard Depardieu dans le formidable "Tais-toi", de Francis Veber. On y retrouve d'ailleurs quelques similarités : une rencontre en prison, un boulet trop collant et une amitié qui finit par se créer malgré tout. Bien sûr, Inséparables est loin d'être à la hauteur de "Tais-toi". Mais on passe un bon moment, on rit devant certaines scènes, ce qui est déjà pas si mal pour une comédie française de nos jours.

Tous nos contenus sur "Inséparables" Toutes les critiques de "Jérémy Joly"

ça peut vous interesser

Le retour de la 7ème compagnie : J’ai glissé chef !

Rédaction

Borsalino : 50 ans !

Rédaction

Les choses de la vie ont 50 ans !

Rédaction