18 juillet 2019
Archives Critiques

Inside Man – l’homme de l’intérieur : Palpitant !

Qui, quoi, quand et pourquoi ? : quatre questions qui entament le nouveau film de Spike Lee au travers du monologue de son personnage principal. Quatre questions dont les réponses résident en un seul lieu –une banque en plein centre de New York- qui se voit braquée par de très habiles gangsters. Huit-clos hermétique : le jeu du chat et de la souris peut commencer. Sur une entrée en matière des plus classiques se profile plan par plan un film d'une rare intelligence, car sous des airs de déjà-vu où les « méchants » dament le pion au « gentils » tout au long de l'histoire pour finir derrière les barreaux.

« The Inside Man » propose de nouveaux codes dans le genre. Primo : ne jamais prendre les dialogues au premier degré. Ici, les discussions se jouent des limites de la vulgarité au rythme des intimidations verbales où la violence est presque intégralement écartée. Aucun repos, aucun temps mort, la moindre réplique percute, y compris lorsqu'elle semble se détacher du sujet principal. Secundo : mettre tout ses acteurs, aussi prestigieux soient-ils, sur un même plan d'égalité. Denzel Washington abandonne donc ses rôles lisses pour incarner un policier moins idyllique qu'à l'accoutumée, Jodie Foster joue les manipulatrices narquoises et réussit un formidable retour au cinéma quant à Clive Owen, son charisme explose encore aux yeux de tous alors qu'il passe la plupart du film derrière un masque. Tertio : Spike Lee ne se prend pas au sérieux malgré les exigences de son scénario, et sa patte inimitable (ces fameux travellings, ses scènes chronologiquement décalées) respecte une telle minutie que sous un humour appréciable, son sujet opte pour une voie détachée de la comédie légère et impose une crédibilité à toute épreuve.

Impossible de positionner un polar contemporain à New York sans évoquer les événements tragiques du 11 septembre : les conséquences post-traumatiques sont visibles à certains points du scénario, au second plan cependant, et les héros (principalement la police) sont descendus de leur piédestal sans être entachés pour autant même lorsqu'ils s'attaquent au civils. « The Inside Man » : un film sur l'impuissance américaine face à quelques individus déterminés ? Pas vraiment. Le cynisme est de rigueur avec une vive critique des fondements de l'économie américaine, de la manipulation par l'image (la vulgarisation par les médias, entre autres), des jeux vidéos et les positions du réalisateur n'en sont que plus claires lorsque les personnages parlent pour lui.

De nombreuses références à ses précédents films comme autant de cerises sur le gâteau, et le tour est joué en moins de deux heures. L'épilogue audacieux ne saurait faire mentir sur la qualité de l'ensemble : Spike Lee réédite l'exploit de « La 25ème Heure ». Il fait oublier le très faible « She Hate Me » en prenant à contre-pied ses détracteurs : d'un côté avec un thriller hors-normes, de l'autre en redonnant au public le goût du polar pur, propre et surtout : diablement efficace.
Auteur :Julien Leconte
Tous nos contenus sur "Inside Man - l'homme de l'intérieur " Toutes les critiques de "Julien Leconte"

ça peut vous interesser

Will Smith revient avec Gemini Man

Rédaction

Aquaman en DVD à gagner !

Rédaction

Faut-il revoir Dragon Rouge de Brett Ratner ?

Rédaction