Archives Critiques

J’veux pas que tu t’en ailles : Les triangles se mélangent…

Le triangle mari/femme/amant, on connaît. Les relations psy/client aussi... Et si maintenant on mélangeait les deux ? Pourquoi pas après tout, ça pourrait bien être intéressant ! Bernard Jeanjean s'y colle donc, ce n'est pas un mauvais début. Les amateurs de « J'me sens pas belle », son premier film avec Marina Foïs sur la drague entre trentenaires pourront apprécier l'idée. Seulement voilà, la seule façon d'apprécier ce film, au final, c'est d'en regarder la bande annonce, qui dévoile les meilleurs passages de cette comédie poussive.

Dans cette histoire somme toute classique il y a donc Richard Berry, marié à Judith Godrèche et psychiatre (non, les deux ne vont pas forcément ensemble, on vous assure). Et là les ennuis commencent : si on ne croit pas d'entrée de jeu à ce couple, alors c'est foutu. Ménageons le suspense : c'est foutu dans les 3 premières minutes du film. Heureusement dans le trio de tête (femme/mari/amant, suivez un peu), il y a aussi Julien Boisselier. Le jeune comédien sort un peu ici du registre « beau gosse/gendre idéal » qu'on lui attribue généralement film après film. Il est le seul à apporter quelques effets comiques avec efficacité. Dommage...

On ne peut, à la lumière de quelques interviews du réalisateur, que se demander ce que tout cela aurait pu donner s'il avait pu avoir ses « premiers choix » en lieu et place de Berry et Godrèche, à savoir François Cluzet et Isabelle Carré. Las, les deux stars sont devenues « ultra-stars » entre deux, et ont eu d'autres obligations.

Coté mise en scène ce n'est malheureusement pas mieux. A force d'application le rythme du film est plombé de plans longs, de séquences pataudes. Le meilleur exemple de tout cela ce sont sûrement les scènes de psychanalyse de Julien Boisselier. Bavardes à outrance, elles s'étirent et semblent ne jamais finir. On est loin de l'effet comique recherché par la confrontation mari/amant, de quiproquos en quiproquos.

Somme toute on peut bouder sans trop de regrets ce J'veux pas que tu t'en ailles, et attendre peut-être avec plus d'impatience le troisième film de Bernard Jeanjean, qui traitera aussi du couple, mais sur le ton du drame cette fois. En attendant, pour se faire plaisir sur le thème du triangle amoureux, préférez relire les pièces de Labiche, Feydeau ou encore Marivaux, là il y a rythme, drôlerie et même une très belle langue !
Auteur :Fadette Drouard
Tous nos contenus sur "J'veux pas que tu t'en ailles" Toutes les critiques de "Fadette Drouard"