20 octobre 2020
Archives Critiques

Je préfère qu’on reste amis… : L’amitié dans tous ses états

Comédie qui a de l'esprit et du cœur, "Je préfère qu'on reste amis" (distribué par Mars Films) reflète à l'écran la grande complicité derrière la caméra comme dans la vie d'Eric Toledano et d'Olivier Nakache, deux jeunes réalisateurs et scénaristes inconnus au bataillon mais qui n'ont pas fini de faire parler d'eux s'ils continuent dans cette voie. En effet, grâce à un scénario dont ils ont remarquablement peaufiné l'écriture, ils nous livrent une histoire maligne dans sa légèreté, qui se révèle être une photographie particulièrement réussie de notre société contemporaine avec ses déviances (accentuées cela va de soi puisqu'il s'agit d'une comédie) et ses petits bonheurs. Mais la société d'aujourd'hui n'est décrite qu'à travers le thème central du film : l'amitié. Car c'est bien aux codes qui régissent l'amitié que s'intéressent nos deux réalisateurs. Et en ce sens, ils entendent bien nous montrer qu'un couple d'amis fonctionne, à peu de chose près, comme un couple en amour.

Les réalisateurs dirigent deux pointures dans "Je préfère qu'on reste amis" : Gérard Depardieu (Serge) et Jean-Paul Rouve (Claude) avec une adresse telle que les deux acteurs créent des personnages tout en nuances, à travers lesquels on sent la distinction entre ce qu'ils pensent et ce qu'ils disent. Ils ont su rester justes tout en forçant le trait de certaines situations, ils ont su être touchants sans jamais se départir d'un humour à rebours et d'une bonne dose d'autodérision. La finesse dont ils font preuve tant dans la mise en scène que dans les dialogues de "Je préfère qu'on reste amis" leur permet de nous faire ressentir l'évolution des personnages qui se trouvent enrichis, grandis par cette amitié, tout en évitant de tomber dans la description d'une relation cliché puisque jamais l'amitié qui unit Claude à Serge ne flirte du côté de l'homosexualité. 

Et c'est à travers cette histoire où l'amitié reprend toujours le pas sur la quête de l'amour qu'Eric Toledano et Olivier Nakache épinglent intelligemment avec une pointe d'humour cynique des phénomènes de société : le célibat et le business qui s'est créé autour, la vie professionnelle qui prend le pas sur la vie personnelle… Et même lorsqu'on sent arriver « gros comme une maison » le happy-end à l'américaine, Eric Toledano et Olivier Nakache prennent un malin plaisir à s'offrir et à nous offrir le luxe d'une remarquable pirouette finale qui prolonge l'histoire bien au-delà du générique. Un vrai coup de cœur donc pour "Je préfère qu'on reste amis" et pour une fois, précisons haut et fort que c'est une comédie FRANCAISE !  

Auteure :Nathalie DebavelaereTous nos contenus sur "Je préfère qu'on reste amis..." Toutes les critiques de "Nathalie Debavelaere"

ça peut vous interesser

Petit Pays : Une folie humaine à hauteur d’enfant

Rédaction

Petit Pays : La fin de l’innocence

Rédaction

La femme d’à côté : En bluray

Rédaction