28 février 2020
Critiques

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part : Une adaptation réussie

Par Jérémy Joly


Après avoir réalisé "Clara et moi", en 2004, et "Arnaud fait son deuxième film", en 2015, Arnaud Viard nous propose l'adaptation d'un livre d'Anna Gavalda, sorti en 1999.


C'est la fin de l'été, dans une belle maison familiale : Aurore fête ses 70 ans. Elle est entourée de ses 4 enfants, tous venus pour l'occasion. Jean-Pierre, l'aîné, endosse le rôle de chef de famille après la mort de son père. Juliette, enceinte de son premier enfant à 40 ans, rêve encore de devenir écrivain. Margaux est l'artiste radicale de la famille. Et enfin, Mathieu, 30 ans, est angoissé à l'idée de séduire sa collègue Sarah. Un jour, l'un d'eux va prendre une décision qui changera leur vie...

Le livre d'Anna Gavalda est un recueil de douze nouvelles. "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" est une adaptation libre, inspirée de quelques unes de ces nouvelles afin de créer une histoire originale. Le scénario reste dans la simplicité. Les personnages sont bien développés et les interactions entre eux sont passionnantes. On y retrouve des moments de bonheur et des épreuves difficiles, en un mot : la vie. Le film nous transmet donc énormément d'émotions. On rit lors de cette magnifique scène surréaliste où Juliette rencontre un éditeur afin de publier son roman. D'autres scènes plus dramatiques sont touchantes tout en évitant le piège du mélo pathétique.

photo-je-voudrais-quelquun-mattende-quelque-part
Camille Rowe- Copyrights Céline Nieszawer

On y retrouve une belle distribution : Alica Taglioni, Benjamin Lavernhe, Camille Rowe, Elsa Zylberstein, Aurore Clément, Sarah Adler... Toutefois, c'est surtout, Jean-Paul Rouve, un acteur qui a été trop souvent sous-exploité au cinéma, qui retient l'attention. Il joue un rôle à la hauteur de son talent, celui de Jean-Pierre, l'aîné. Ce personnage se sent obligé de veiller sur son frère et ses sœurs. Il n'hésite pas par exemple à aider financièrement sa petite sœur qui souhaite devenir photographe. Il s'investit beaucoup trop dans son travail et oublie de prendre le temps de penser à lui. Lorsque Jean-Pierre se retrouve confronté à des soucis, il souffre secrètement. Jean-Paul Rouve, absolument bouleversant, nous offre l'une de ses meilleurs interprétations.

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" relève du genre de film qui se concentre simplement sur l’interaction entre plusieurs personnages n'est pas d'une grande originalité — il y en a eu et il y en aura toujours — mais "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" marquera sans doute les spectateurs.

Tous nos contenus sur "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" Toutes les critiques de "Jérémy Joly"

ça peut vous interesser

Souvenirs de tournages avec Grâce de Capitani

Rédaction

Petit Pays : Jean-Paul Rouve au Rwanda

Rédaction

Jojo Rabbit : Riez avec Hitler

Rédaction