23 octobre 2019
Critiques

Jeanne : Valse avec Bûcher

La critique du film Jeanne

Par Auxence Magerand

Après "Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc" (2017), Bruno Dumont conclut sa lecture du mythe de la pucelle d'Orléans avec "Jeanne", toujours librement inspiré de la pièce de Charles Péguy.

Premier constat : exit les séquences chantées-dansées dissonantes du premier volet qui pouvaient devenir facilement irritantes, place aux chants cristallins de Christophe qui signe la BO du film. Le chanteur y apparaît même sous les traits du prédicateur Guillaume Evrard, lors d'une scène fabuleuse où il psalmodie sur l'issue dramatique du procès de Jeanne.

Dumont fait aussi la part belle aux nombreux personnages secondaires de Jeanne : l'épisode du procès permet de mettre en avant une galerie de gueules fascinantes d'hommes d'Église. « Redonner de l'humain au mal », tel est l'objectif délicat du cinéaste, en exploitant la fragilité de jeu de comédiens non-professionnels – pour la plupart des professeurs en activité.

critique-film-jeanne-bruno-dumont
Car Dumont s'inscrit dans le motif pasolinien qui défend que le sacré se trouve dans le commun des choses. Mettre en scène des personnes ordinaires, c'est à la fois affirmer que les mythes sont présents tout autour de nous, parmi nous, mais également court-circuiter les codes corsetés du cinéma historique. Cette dérivation s'applique aussi à la réinterprétation singulière de l'icône de femme insoumise : Jeanne d'Arc est une gamine de 10 ans. L'aplomb unique de Lise Leplat-Prudhomme, mélange de détermination, de candeur et d'insolence, semble effacer toute imagerie pré-existante tant elle marque ainsi chaque plan de son regard d'acier.

Les anachronismes feront certainement bondir les médiévistes sourcilleux, et tant mieux : "Jeanne" c'est l'inexactitude historique, toute vraisemblance serait accessoire. En témoigne notamment les blockhaus allemands datant de la Seconde Guerre mondiale qui font figure de prisons anglaises du XVème siècle. Qu'importe. Le mysticisme inclassable de "Jeanne" ne laissera personne indifférent.


Tous nos contenus sur "Jeanne"  Toutes les critiques de "Auxence Magerand"

ça peut vous interesser

Hors Normes : Sonnette d’alarme

Rédaction

Après le prénom le meilleur reste à venir

Rédaction

Interview de Jean-Claude Carrière

Rédaction