18 septembre 2020
Critiques

J’irai Mourir Dans Les Carpates : La critique

Par Yann Vichery

Antoine De Maximy, baroudeur routard bien connu de la télé qui, depuis 2004, parcours le monde en demandant l’hospitalité chez les gens dans son émission de France 5 « j’irai dormir chez vous » s’est posé la question « et si un jour, tout cela tournait mal ? »

Le principe de l’émission, créée par Antoine de Maximy, était original : visiter en solitaire des pays en demandant l’hospitalité aux gens. L’idée était de laisser à des citoyens de passage la possibilité de s’exprimer, de parler de leur pays, de leurs coutumes.

De l’émission au film

Les rencontres sont toujours spontanées et se font au hasard des routes parcourues. Certains de ses périples ont cependant donné lieu à quelques frayeurs (Antoine échappe à un accident de voiture, à une fusillade en Bolivie) ou à des scènes cocasses (il finira ivre après une soirée arrosée ou malade après avoir ingéré des champignons).

L’idée du film "J'irai mourir dans les Carpates" (distribué par Apollo Films) est venu à ce baroudeur de ses expériences insolites qui auraient pu parfois mal se terminer. Le film qu’il a lui même réalisé a été le fruit d’une longue réflexion entamée dés 2011. L’histoire inventée semblait au départ peu intéresser les compagnies de cinéma puisque peu commerciale à leurs yeux. Il aura fallu l’acharnement, le financement participatif de Kiss Kiss Bank Bank et le culot de Alice Pol et de Max Boublil de jouer les rôles principaux pour que "J'irai mourir dans les Carpates" puisse enfin se monter dès 2018.

j-irai-mourir-dans-les-carpates-1
Léon Plazol et Alice Pol - Crédits photo : Ad Vitam
J’irai voyager dans les Carpates

Antoine De Maximy, en tournage dans les Carpates, est porté disparu en début de film. Sa monteuse (Alice Pol) reçoit les cassettes retrouvées sur le lieu de l’accident et durant le visionnage, soupçonne autre chose qu’un simple accident. S’ensuit une pseudo enquête menée par Max Boublil.

On retrouve dans "J'irai mourir dans les Carpates" le style des reportages de l’émission de départ bien qu’ici, tout est entièrement scénarisé avec des acteurs roumains (seul le couple de fermiers est authentique et faisait déjà parti d’une émission originale). L’histoire est intéressante dans la mesure ou l’enquête progresse par l’intermédiaire des cassettes analysées par la monteuse.

De nombreux allers retours entre les images du reportage de De Maximy et l’enquête que tentent de mener Alice Pol et Max Boublil créent un rythme au film sans que l’ennui ne se fasse sentir. L’humour aide beaucoup à faire passer le film comme sympathique : tantôt durant le reportage (avec la tenancière de l’hôtel par exemple) tantôt durant les visionnages (les interventions du stagiaire Théo ou celles de Max Boublil dans son élément).

Le scénario manque parfois d’idées et la fin est assez prévisible mais rien ne nous empêche finalement de passer un bon moment de détente et ceci… jusqu’à la toute fin du générique.

Tous nos contenus sur "J’irai Mourir Dans Les Carpates"
Toutes les critiques de "Yann Vichery"

ça peut vous interesser

J’irai mourir dans les Carpates : Une fiction réussie ?

Jérémy Joly

Tenet : Un film cerveau ertnoc el spmet

Rédaction

La Haine a 25 ans !

Rédaction