18 juillet 2019
Critiques

John Wick : Keanu Reeves en mode badass

Certains films bénéficient d'une promotion vraiment efficace : des visuels alléchants, des bandes annonces au montage ultra cut et rentre dedans, des scènes chocs savamment distillées en laissant augurer du meilleur. C'est le cas de "John Wick" dont on attendait vraiment peu de choses avouons- le, jusqu'à ces premières images renversantes et l'espoir, sinon d'assister à un grand film, à tout le moins de passer un excellent moment face un action movie fun et décomplexé.

"John Wick" remplit partiellement son contrat, ce qui en soi n'est déjà pas mal, mais, dénué du moindre intérêt scénaristique, le film se voit contraint de se raccrocher à ses personnages. Cela pourrait être faisable bien entendu, si ceux-ci étaient suffisamment caractérisés pour que soit comblé le vide intersidéral de certaines situations.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le film est totalement expurgé de tension dramatique car l'attachement aux personnages et plus encore leurs motivations sont risibles et peu vraisemblables. Pas d'émotions non plus, pas d'empathie, ni même la moindre étincelle d'humanité, dans ce qui ressemble par bien des aspects à un jeu vidéo où le but serait de dessouder le plus de méchants possible.

C'est bien là que le bât blesse : Hormis buter à tout va, John Wick et tout son passé, qui auraient pu constituer un formidable vivier pour développer une ligne narrative digne de ce nom, n'existent que par intermittences et sont très vite réduits à peau de chagrin. Voilà où le film déçoit le plus et où il dilapide une bonne part de son crédit.

Car en dehors de ça, "John Wick" possède des atouts non négligeables pour les amateurs de gunfights et autres bastons irréelles. Ce point positif, les réalisateurs David Leitch et Chad Stahelski  ont su l'exploiter à merveille dans des séquences ahurissantes et souvent jubilatoires.

Des fusillades homériques, des cascades totalement folles dans une série B assumée, lorgnant parfois vers le Z sans heureusement jamais y tomber, mais qui se révèle d'une maitrise incroyable lors de scènes d'action de haute volée. La séquence dans la boite de nuit qui fait pas mal penser à "Collateral", est à ce titre très spectaculaire, et l'on se prend à rêver sporadiquement à ce qu'aurait pu donner le film entre les mains de véritables auteurs et pas seulement de techniciens ultra doués.

Passées ces considérations, "John Wick" se révèle un divertissement vraiment fun et a l'immense mérite de remettre en selle Keanu Reeves, que les résultats mitigés de "47 Ronin" ou "Man of Tai Chi" n'auront guère aidés à retrouver un certain standing. L'acteur démontre qu'il a toujours un réel charisme qui ne demande qu'à être exploité et son intériorité et sa noirceur latente augurent du meilleur pour les années à venir.

Face à lui, des noms comme John Leguizamo, Michael Nyqvist, Adrianne Palicki, Willem Dafoe ou encore Ian McShane jouent quelque peu les faire valoir, et ils le font plutôt bien, mais l'interprète de "Matrix" vampirise tellement  l'écran que ses partenaires de jeu finissent par être relativement effacés.

Au-delà de son action de feu, la grande idée du film c'est son humour au second degré qui intervient par intermittences et qui désamorce la tension de l'ensemble. Totalement décalé et improbable (l'idée de ce palace bien particulier est savoureuse), il tranche résolument avec la tonalité du reste du film. A tel point, que parfois on se demande presque si on ne va pas verser dans la parodie, mais non, "John Wick" reste un action movie noir, violent, aux teintes sombres et métalliques de vigilante et qui, malgré ses nombreux défauts, a le mérite de redéfinir le mot badass à sa sauce. Et le moins que l'on puisse dire est qu'elle est sanglante !


Une critique publiée avec l'aimable autorisation des Chroniques de Cliffhanger.
Auteur :Fred Teper
Tous nos contenus sur "John Wick" Toutes les critiques de "Fred Teper"

ça peut vous interesser

Greta : Entretien avec Isabelle Huppert

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 25 mai 2019

Rédaction

John Wick 3 : Du sang et du style

Rédaction