18 novembre 2019
Critiques

Jurassic World : Grand spectacle !

22 ans après le premier volet de la saga "Jurassic Park", les dinosaures sont (enfin) de retour. "Jurassic World" propose de se plonger dans une attraction, véritable héritage de Mr Hammond, où le spectacle est roi, où l'objectif est basé sur le nombre de visiteurs. De là à y voir un parallèle avec le box office ?

Tout d'abord, il faut situer le contexte. Qu'est ce que "Jurassic World" ? Un film attendu, à n'en pas douter. La raison est simple, c'est le retour des dinosaures. Pour ceux qui peuvent, souvenez-vous. Il y a vingt-deux ans, Steven Spielberg redonnait vie aux dinosaures. "Jurassic Park" devenait instantanément un film culte et sa ressortie en 3D, il y a quelques années, a fait l'évènement. L'occasion de constater auprès des plus jeunes que ce film n'avait, presque (soyons honnêtes), pas pris une ride.

Le souvenir est bien plus fugace lorsqu'il s'agit d'évoquer les suites avec "Le Monde Perdu" (en 1997) puis "Jurassic Park 3" en 2001, car ces films étaient, certes honorables, mais moins bons que leur illustre aîné. "Jurassic Park" a également largement contribué à construire la légende, toujours vivante et exponentielle, d'un certain Steven Spielberg.

Ce dernier est d'ailleurs à la production de "Jurassic World" et a personnellement choisi le réalisateur Colin Trevorrow, complètement inconnu du grand public, mais totalement enthousiaste, en tant que fan de la saga et en tant que cinéaste, à l'idée d'être aux commandes. D'autant plus qu'il avait une histoire à raconter.

Spielberg à la production, un premier rôle masculin interprété par le nouveau héros en vogue, Chris Pratt, et un certain Michael Giacchino à la musique, voilà les contours d'un film prometteur. Néanmoins, l'incertitude persistait sur ce réalisateur inconnu et sur l'histoire qu'il souhaitait raconter.

Il est tant de lever le voile. Si Colin Trevorrow est un fan de la saga, son film reflète la position inconfortable qu'a dû être la sienne sur ce "Jurassic World". Le cinéaste d'un côté, le fan de l'autre. Le premier nommé a une histoire en tête, il veut faire son film, un véritable remake avec les moyens du moment. Le fan, lui, veut voir en "Jurassic World" une certaine continuité, un film qu'on a annoncé comme une suite directe.

Cette division se retrouve clairement dans plusieurs plans ou séquences de "Jurassic World" et de manière plus grossière dans son histoire. Cela donne d'un côté des plans ou des séquences symboliques où un message clair est envoyé au spectateur : "Jurassic Park", c'est du passé. Sauf qu'à l'opposé, certains ressorts scénaristiques sont du « déjà vu ».

Le scénario reprend clairement quelques chemins déjà arpentés dans les précédents volets. Comme la présence d'une force de sécurité militarisée qui souhaite utiliser les dinosaures à leur profit.

L'autre similitude avec le film de 1993, c'est la tension qui émane du film. Si elle est quelque peu différente, elle reste bien présente. "Jurassic Park", ce sont des dinosaures effrayants, mais désormais le public est presque habitué, il faut donc faire monter la tension avec un peu plus d'artifices. Différent, mais toujours efficace.

"Jurassic World" est efficace au même titre que le parc d'attractions dont il porte le nom. Les visiteurs viennent voir des dinosaures et pour que le parc fasse l'évènement, la solution est annoncée dès les premières minutes de film : il faut créer auprès du public un effet « waouh ! ». Le parallèle avec le film est évident, car le film peut, en effet, impressionner par ses effets spéciaux.

"Jurassic World" assure le spectacle. Les dinosaures sont plus vrais que nature et se fondent parfaitement dans le décor. Il s'agit ici d'un blockbuster visuellement réussi qui cherche avant tout à être efficace. Ne cherchez pas les plans élaborés ou le regard particulier d'un cinéaste de talent derrière sa caméra, ce réalisateur là propose un blockbuster qui repose avant tout sur le spectacle et l'attractivité des dinosaures.

D'ailleurs pour bien faire les choses, un nouvel Alpha a fait son apparition. Le T-rex est mis à la retraite, place à l'Indominus Rex. Dinosaure génétiquement créé. En 2015, avec les moyens disponibles, il fallait bien ça. Et par la même occasion, ce sont les Raptors qui sont au centre du film. Il y a fort à parier que le petit Colin Trevorrow, fan de "Jurassic Park", jouait souvent avec sa meute de Raptors en figurines, laissant le T-Rex dans le coffre à jouets.

Une bonne idée mise au service du spectacle. Or, à l'instar du visiteur du parc dont le parcours est balisé, tout est fait pour que le spectateur puisse tranquillement manger ses popcorns. Même les moments de « stress » sont amenés sans trop de subtilités laissant poindre parfois un certain détachement.

Le meilleur exemple sur ce point, c'est le jeu des deux jeunes acteurs. À aucun moment, ils ne semblent véritablement effrayés. Certains ont peut être encore en mémoire les cris stridents et la panique communicative de la jeune Lex Murphy qui ne souhaite qu'une chose, c'est partir de Jurassic Park.

Dans le nouvel opus, les deux garçons cherchent l'aventure et semblent assister aux évènements avec une certaine adrénaline. Comme si être au milieu de tous ces évènements avait quelque chose de « fun ». De quoi renforcer cette impression de spectacle s'appuyant sur un scénario au service de l'efficacité qui amène forcément des regrets.

Pourtant, l'idée de fond dans l'histoire était bonne. Amener un nouvel Alpha dans la hiérarchie des dinosaures et dans la chaîne alimentaire. Ce n'est, malheureusement, qu'à la fin du film que cet arc scénaristique prend son envol pour offrir un final intéressant bien que prévisible.

C'est cette absence de surprise, cette impression d'être tranquillement installé en sécurité dans cette sphère qui permet de se balader au cœur de l'attraction, qui fait de "Jurassic Wolrd" un beau spectacle, un blockbuster qui a de la gueule (avec les dents…), un bon divertissement, mais pas le grand film attendu par beaucoup.

Sans doute parce qu'un tel spectacle en ferait presque oublier l'essentiel. En 1993 comme en 2015, il est question de dinosaures, animaux disparus il y a des millions d'années dont la plupart étaient de redoutables prédateurs qui n'avaient besoin d'aucun artifice pour impressionner le spectateur.

Dans "Jurassic World", ils perdent de leur authenticité, perçus comme les animaux rebelles d'un zoo. Or "Jurassic Park" reposait sur une force de la nature impossible à exploiter et qui cherchait avant tout à dominer pour survivre.

En 1993, Steven Spielberg avait redonné vie aux dinosaures tels qu'ils étaient il y a des millions d'années. En 2015, Colin Trevorrow en a fait des animaux de zoo au service d'un spectacle « Waouh ! ».

Auteur :François Bour
Tous nos contenus sur "Jurassic World" Toutes les critiques de "François Bour"

ça peut vous interesser

Good Boys : Plutôt de vilains garçons ?

Rédaction

Hobbs & Shaw : gagnez vos places !

Rédaction

Hobbs & Shaw : Que faut-t’il attendre de ce film ?

Rédaction