19 octobre 2019
Critiques

Jurassic World : Stéréotypé !

Presque un an depuis le premier teaser, les fans en avaient les mains moites et la gorge serrée. "Jurassic World", ils en rêvaient. Colin Trevorrow, appuyé par un petit producteur (Steven Spielberg, ça vous dit peut-être quelque chose) l'a fait. "Jurassic Park" a enfin sa suite.

Loin de toute l'hystérie que le film provoque ou a pu provoquer, c'est les mains dans les poches, lunettes 3D visées sur le crâne (ça me permet de rester correctement coiffée) que je me rends donc à la découverte de ce qui s'annonce être le blockbuster de l'été.

Ma connaissance du bestiaire se limite jusqu'alors au petit dinosaure, car ouais, j'étais fan de petit pied. Autant vous dire que je n'attendais rien des nouvelles aventures de Chris Pratt… Et pourtant, si un jour on m'avait que je prendrais mon pied devant un affrontement entre deux T-Rex et un raptor, je ne l'aurais jamais cru !

"Jurassic World" est con. Vraiment très con. Permettez-moi l'expression. Il suit le schéma narratif linéaire de tous les blockbusters type (notamment ceux signé Marvel pour rejoindre mon collègue Chris Carlin). C'est stéréotypé à souhait, des clichés comme seuls Hollywood savent et aiment les faire.

Ainsi en tête d'affiche nous retrouvons une jolie jeune femme faussement sûre d'elle (Bryce Dallas Howard), maniaque du contrôle et prise de panique dès le moindre dérapage. Tandis que Chris Pratt lui campe le badass aux gros bras par excellence, auteur de pseudo punch line à la pelle, la cool et classe-attitude en toute circonstance, même à deux doigts de servir de happy meal à un hybride affamé.

Et pourtant mes amis, ce que c'est bon ! Et ce n'est pas une admiratrice du genre qui parle là, mais une totale néophyte. Des scènes diablement efficaces, spectaculaire même. Le réalisateur ne vise officiellement pas dans le remake ou le reboot, mais la suite, vacillant entre nouveau départ et fan-service.

Colin Trevorrow ne peut couper le cordon ombilical avec "Jurassic Park", du moins pas si facilement. Ainsi certaines crient déjà au scandale. Non ce n'est pas un Spielberg, donc pas un Jurassic. Le réalisateur est avant tout un fana de la première heure de son producteur.

Mais avouons tout de même que le divertissement est fort sympathique. Tout est téléphoné, aussi bien les jump-scare que l'affrontement final que je vous laisse deviner (il suffit de lire deux paragraphes plus pour les plus paresseux). Mais rien à faire. Je m'incline, un genou à terre, l'autre je ne sais trop où. "Jurassic World" m'a régalé.

Fans d'Omar Sy, reprenez votre souffle, je ne vous ai pas oublié. A votre plus grand désarroi… En effet, sa présence, prétexte à une quelconque french touch est totalement dispensable. Ne servant à rien, pas même de comic-relief, si ce n'est à donner la réplique à Chris Pratt, nous mettrons ceci sous le compte de son anglais qui reste encore à travailler. Un petit cameo qui ravira malgré tout les fans de l'intouchable acteur, bien moins coupé que dans "X-Men".

Autre petit bémol, les dinosaures en eux-mêmes. Où est passé leur grâce, l'effroi qu'ils nous donnaient en un simple bruit de pas, tremblement de terre, respirations et grognements ? Clairement Colin Trevorrow prend le pari inverse.

Peut-être a-t-il estimé que tout comme les visiteurs du parc, nous spectateurs sommes habitués, voir tantôt blasés des monstres gigantesques en 3D. De là à en faire des animaux de zoo domptables dont la confrontation en fait rire deux gamins… Le côté « horror » en est ainsi passé à la trappe. Dommage.

"Jurassic World", maelström d'action, fait partie intégrante de ces divertissements qu'il faut voir par une lourde journée comme seul l'été sait nous en offrir. Parce que la clim' dans les salles de ciné. Parce que Delta est mon raptor préféré, c'est officiel. Parce que Zara, personnage secondaire pour ne pas dire tertiaire, meurt comme une m**** et s'en est franchement marrant.

Moi perso ça m'a donné envie d'aller faire un petit tour non pas au zoo mais à Disney, pas vous ?

Auteure :Mélissa Chevreuil
Tous nos contenus sur "Jurassic World" Toutes les critiques de "Mélissa Chevreuil"

ça peut vous interesser

Good Boys : Plutôt de vilains garçons ?

Rédaction

Hobbs & Shaw : gagnez vos places !

Rédaction

Hobbs & Shaw : Que faut-t’il attendre de ce film ?

Rédaction