Critiques

Just a gigolo : Alex, le destin d’un raté

Critique du film Just a Gigolo

par Victor Van de Kadsye

Le nouveau film d'Olivier Baroux laisse sur une interrogation à sa toute fin : Kad Merad ne serait-il pas devenu le Adam Sandler français ? Ce type d'acteurs qui porte une comédie à lui tout seul, qu'on laisse en roue libre pendant une heure et demi ? Si "Just a gigolo" laisse perplexe par son conformisme télévisuel, le numéro de sa vedette star sait amuser.

Alex veut avoir la belle vie. Après un accident explosif ayant coûté la vie de son paternel (oui, le début s'ouvre sur "Mad Kad : Fury Road" !), il a décidé, tel un Jeff Tuche, de gagner sa vie sans travailler. Ou alors, en marginalisant sa profession : inspiré par la une d'un magazine, il décide de devenir gigolo.

Il réussit sans pression à exercer son métier, mais le temps peut être cruel et, vingt-cinq ans après, rupture, chômage et sans domicile fixe. Tel est son destin !

Le reste de ce pitch, adapté d'un film américain inconnu intitulé "How to be a latin lover" (réalisé par Ken Marino), compile les bons sentiments, les sous-intrigues foireuses pour faire tourner les copains (coucou Guy Lecluyse et Lionel Abelanski).

Ajoutons à cela l'éternelle réalisation façon TF1 avec son économie de plans et de décors aux allures cheaps.  On peut même se demander, en guise de mauvaise foi, si les décors d'un film TF1 Studios ne sont pas à côté du "Camping Paradis" tenu par Sir Laurent Ournac.

Encore une fois, on est devant un produit télévisuel destiné à passer un dimanche soir sur TF1 voire TFX. Un film qui sort parmi tant d'autres dans la comédie française et qu'on risque d'oublier rapidement, aux côtés d'autres sorties cette année telles "All Inclusive" et "Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon dieu ?"

Toutefois, un seul nom parvient à rendre ce moment pas si désagréable que ça : Kad Merad. Parce qu'on l'aime bien ce clown sympathique, toujours capable de manier drame et comique en une fraction de seconde.

Sans aller jusqu'à trouver du drame justement dans un "Just a gigolo", où son comédien principal défèque dans une maison de poupée, il y a toujours une cassure fascinante chez Merad. Rien que de mettre une perruque pour grimer un acteur cinquantenaire et débonnaire permet de créer un comique de décalage amusant.

Donc au final, le nouveau film d'Olivier Baroux s'avère just rigolo grâce à son acteur et il n'y a rien d'autres à dire.

ça peut vous interesser

Séduis-moi si tu peux ! : La critique du film

Rédaction

Détective Pikachu : La critique du film

Rédaction

El Reino : Gangster Paradise Fiscaux

Rédaction