18 janvier 2020
Critiques

Kong: Skull Island : Des Américains à la plage

Au retour de la guerre du Vietnam, une équipe composée de scientifiques et de militaires découvrent une île jusqu'alors inexplorée : il y a une raison à cela, puisqu'elle est entourée d'une sorte de tornade qui fait s'écraser quelconque appareil volant tentant la traversée. Alors qu'ils découvrent un écosystème ahurissant, nos petits génies décident de... tout faire péter ! Et de tirer sur tout ce qui bouge, mais on n'en attendait pas moins de nos joyeux vétérans.

A force de larguer bombes et napalm sur cette île vierge de toute civilisation, nos héros réveillent le gardien de Skull Island : Kong, un gorille géant. En défendant son territoire et les habitants de l'île, Kong tue quelques soldats. Le lieutenant-colonel Preston Packard (Samuel L. Jackson) décide donc de se venger de Kong, sous prétexte de protéger ses hommes, alors qu'il n'est qu'un psychopathe sanguinaire rendu dépressif par la fin de la guerre du Vietnam.

Malgré cette entrée en matière, "Kong : Skull Island" se place heureusement du côté de Kong et de ceux qui veulent le protéger : le capitaine James Conrad (Tom Hiddleston) et la photographe de guerre Mason Weaver (Brie Larson). "Kong : Skull Island" est un bon divertissement, réservant plusieurs surprises quant à la faune de l'île. Les effets visuels sont de qualité et font de Skull Island un personnage à part entière. On aimerait presque que les personnages restent plus longtemps dans cette jungle meurtrière pour en découvrir les moindres recoins.

Malgré le peu de temps accordé à chaque personnage, ceux-ci sont bien caractérisés et plutôt nuancés et attachants, à l'exception du lieutenant-colonel Preston Packard (mais Samuel L. Jackson le joue volontairement comme le véritable monstre du film, face à un Kong plein d'empathie et dont les émotions sont sincères).

Une aventure bien menée donc, avec des enjeux simples, mais qui permettent de se focaliser sur les émotions des protagonistes. Le film réussit à donner envie de suivre les personnages dans de nouvelles aventures, même si l'on a envie de hurler à Kong “Surtout, ne suis pas les humains, reste planqué sur ton île (et il semblerait judicieux d'apporter quelques améliorations à la “tornade” d'entrée) !!

Auteure:Yvanna Trambouze
Tous nos contenus sur "Kong: Skull Island" Toutes les critiques de "Yvanna Trambouze"

ça peut vous interesser

Le Cas Richard Jewell étudié par Clint Eastwood

Rédaction

Doctor Sleep : Mike Flanagan a osé

Rédaction

Joker : Plaisanterie de courte durée

Rédaction