31 octobre 2020
Archives Critiques

L’adversaire : L’enfer, c’est nous !

Dans "Le fils préféré", le personnage incarné par Gérard Lanvin se retrouvait dans un tel engrenage financier que la seule solution pour lui était de tuer son père afin de toucher l'argent de son assurance vie. Le meurtre ou le suicide, voici donc les deux seules alternatives dont disposait aussi Jean-Claude Romand (rebaptisé ici Jean-Marc Faure) pour mettre fin à 18 années de mensonge et de trahison envers les siens.

"L'Adversaire", le film comme le livre, n'essaie pas de résoudre l'énigme Faure. Il montre simplement le mécanisme implacable de cet engrenage dans lequel il s'est lui-même enfermé. Jamais nous n'aurons accès à l'intériorité de ce personnage. A quoi peut-il penser durant toutes ces journées, installé dans sa voiture sur un parking ou une aire d'autoroute ? C'est tout le génie de Daniel Auteuil de rendre Faure si mystérieux et néanmoins attachant.

Qui n'a pas rêvé de vivre à côté des autres, d'être hors le monde comme un enfant qui fait une fugue ou sèche l'école ?...C'est peut-être dans cet attachement à l'enfance qui se trouve la solution de l'énigme Faure... Comme un enfant, il s'est construit un monde qui devient pour lui la seule réalité possible. Et cette réalité va devenir un véritable cauchemar pour ceux qui découvriront la vérité, pour son meilleur ami Luc (François Cluzet) ou sa maîtresse Marianne (Emmanuelle Devos).

Certes, Jean-Marc Faure est un assassin mais c'est aussi et peut-être surtout une victime. Victime de l'aveuglement des autres, de sa femme et de ses amis. Pourquoi n'ont-ils pas su voir la vérité ? Pourquoi se sont-ils arrêtés aux apparences, pourquoi se sont-ils contentés de cette situation qui leur convenaient si bien (avoir un mari ou un ami haut placé dans l'échelle sociale est tellement valorisant...). Mais Nicole Garcia ne juge pas. Ni Faure, ni les autres.

"L'Adversaire" est un film terrible, âpre et tendu jusqu'à l'asphyxie, sublimé par la musique envoûtante d'Angelo Badalamenti, nous ramènent à nos propres interrogations quant à nos relations aux autres. Les connaît-on vraiment ? Et eux, savent-ils vraiment qui nous sommes ? Et cherchent-ils vraiment à le savoir ? Dans la Bible, l'adversaire désigne Satan mais l'adversaire, c'est Faure lui-même. Il est tout simplement son pire ennemi. Sartre a tort. L'enfer, ce n'est pas les autres, c'est soi-même...

Auteur :Christophe Roussel
Tous nos contenus sur "L'adversaire" Toutes les critiques de "Christophe Roussel"

ça peut vous interesser

Poly : Une belle aventure

Rédaction

Poly : Pour enfants, petits et grands

Rédaction

Avant-première : Poly

Rédaction