21 janvier 2020
Archives Critiques

L’Empire des Loups : Quel supplice !

Comme si le début de l'année n'avait pas été assez difficile pour le cinéma français avec les épouvantables "Iznogoud", "Antidote", "Espace détente" et bien d'autres, voilà que Chris Nahon apporte sa bien modeste contribution, avec "L'Empire des Loups", aux infectes daubes made in France qui pullulent ces derniers temps.

"L'Empire des Loups" se présente donc comme la dernière grosse production française qu'on va voir entre potes le samedi soir entre le restau et la boîte avec gros son et imagerie clip, comprenez plus un film qui penche du côté bière pizza que de la haute gastronomie. Mais sous le prétexte de faire du divertissement, faut-il vraiment s'autoriser à faire n'importe quoi ?

N'importe quoi, c'est l'expression qui résume à merveille cette très longue (2H08) « intrigue » policière qui flirte souvent avec l'absurde (certaines ellipses font passer "Les Rivières Pourpres 2" pour un chef d'œuvre scénaristique…)  tandis que la plupart des acteurs capitulent avant la fin de la première bobine pour nous livrer des interprétations dignes d'un sitcom foireux voire du téléfilm érotique M6.

Le problème, c'est que le spectateur n'est pas devant sa télé mais a payé huit euros sans avoir la possibilité de changer de chaîne. Il lui faudra alors s'enfiler des kilomètres de pellicule avariée pour venir à bout de ce supplice cinématographique à peine digne d'un direct to video et qui sort sur plus de 600  écrans français.

Si le scénario déçoit énormément (ceux qui ont déjà vu le film apprécieront cette euphémisme), c'est finalement dans la mise en scène que "L'Empire des Loups" consterne le plus.

Alors qu'on se souvient encore de son efficace Baiser mortel du dragon, Chris Nahon impose une réalisation hideuse. Son mauvais goût semble exploser à chaque plan que ce soit à travers un montage imbitable, une photo ignoble ou des effets spéciaux numériques frimes et gratuits.

En un mot, c'est profondément laid et même lamentable à force de pomper l'atmosphère pluvieuse de "Seven". Et que dire de Jean Reno dont l'interprétation frise le grotesque en flic désabusé au look tendance blonde peroxydée.

Il est à l'image du film : nul !

Auteur :Frédérick Lanoy
Tous nos contenus sur "L'Empire des Loups" Toutes les critiques de "Frédérick Lanoy"

ça peut vous interesser

Le Roi Lion : Un sacrifice sur l’autel du réalisme

Rédaction

Le Roi Lion : Le cercle du vide

Rédaction

Jean Reno est de retour !

Rédaction