29 novembre 2021
Archives Critiques

L’Enfer : Il porte bien son titre !

Ce qu'il y a d'embêtant, en général, dans les films à intrigues croisées, et c'est le cas ici avec "L'Enfer", c'est que les différentes histoires qui nous sont contées sont d'un niveau inégal. Krzysztof Piesiewicz, alter ego de Kieslowski et auteur de cette trilogie "Paradis-Enfer-Purgatoire" confiée à de jeunes cinéastes à la suite de la mort de son compère, a trouvé la solution. Une solution radicale et extrêmement simple : livrer trois histoires d'une nullité parfaitement homogène.

On sera bien incapable de déceler quoi que ce soit d'attirant dans "L'Enfer", ni du côté de l'intrigue, ni chez les acteurs (de ce flot de comédiens connus, seule Emmanuelle Béart échappe au massacre). Tout est lourd, empesé, surligné douze fois au marqueur rose bonbon. Le trauma qui relie les histoires de ces trois soeurs sent franchement le moisi. L'argument tiendrait sur un timbre-poste, et n'est transcendé à aucun moment.

Après un "No Man's Land" qui puait le talent, Danis Tanovic s'est vautré dans le tapis du cinéma auteuriste français. Il n'y a pas la moindre trace d'un cinéma de qualité ici. Et c'est bien triste.

Auteur :Thomas Messias

Tous nos contenus sur "L'Enfer" Toutes les critiques de "Thomas Messias"

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 30 octobre 2021

Rédaction

Tout s’est bien passé : L’émotion du raffinement et de la simplicité

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 18 septembre 2021

Rédaction