8 décembre 2019
Archives Critiques

L’homme de chevet : Erreur de casting

Adapté d'un roman d'Eric Holder, le premier film d'Alain Monne, "L'homme de chevet", nous emmène en Colombie. Léo, un boxeur qui a connu la gloire, n'a plus le goût à la vie. Il erre sans but dans les rues de Carthagène et détruit sa santé par l'excès d'alcool. Lorsque son ami Jaïro lui propose de travailler au service de Muriel, une jeune femme tétraplégique, il ne sait pas à quel point son existence va en être bouleversée. Naît peu à peu entre les deux êtres une complicité et un amour.

Un film dans lequel un couple à la vie est transposé à l'écran fait toujours beaucoup parler de lui. Et d'autant plus lorsqu'il s'agit des très médiatiques Sophie Marceau et Christophe Lambert. Malheureusement, les deux tourtereaux ne parviennent pas à nous convaincre. Si Sophie Marceau incarne de manière assez crédible une femme froide et aigrie par l'immobilité, son compagnon se révèle très moyen et ne parvient à se hisser à sa hauteur.

Christophe Lambert est le handicap principal du film, il est incapable de faire passer des sentiments par des silences comme le fait si bien Sophie Marceau. Certes, il est assez crédible dans son allure d'homme triste et solitaire mais se contente de nous offrir une seule facette de son personnage. Il ne suggère rien, son regard ne parle pas, seule sa voix désagréable nous renseigne sur sa pensée.

Autant dire que pour une telle histoire, où les non-dits constituent le cœur du film, Highlander n'a pas sa place. Une voix de fumeur n'a jamais suffi à faire de quelqu'un un grand acteur. Heureusement Alain Monne a eu la bonne idée de transposer l'histoire de "L'homme de chevet" en Colombie. Le climat et l'ambiance sauvent en grande partie le film. Ce choix est d'autant plus riche qu'on a le plaisir de voir Margarita Rosa de Francisco, actrice colombienne, qui nous trouble par sa présence et son jeu juste, jamais dans l'excès. Linnett Hernandez Valdes apporte elle aussi un peu de fraîcheur. Son dynamisme enfonce d'ailleurs encore un peu plus le terne Christophe Lambert.

En sortant de la salle on ne peut que regretter l'erreur de casting. Alors oui, c'est certain, le film bénéficiera d'une bonne couverture médiatique grâce à ce couple glamour. Mais cinématographiquement parlant, Alain Monne aurait été bien plus inspiré en choisissant un autre "homme de chevet".

Auteur :Julien Deplechin

Tous nos contenus sur "L'homme de chevet" Toutes les critiques de "Julien Deplechin"

ça peut vous interesser

Sympathie pour le Diable : Profession Reporter

Rédaction

J’ai perdu mon corps : Et mon temps…

Rédaction

Arras Film Festival 2019 : The Night Of

Rédaction