6 décembre 2019
Archives Critiques

L’Immortel : Sale complaisance

Ce sont les Marseillais qui vont être contents... Richard Berry fait , avec "L'Immortel", un film à la gloire de la cité phocéenne, à travers ses gangsters. Mafieux, violents et pourris en tous genres se retrouvent dans ce film bourré de stéréotypes !

En deux plans, Richard Berry arrive à cumuler pas moins de trois clichés. Dans la scène d'ouverture de "L'Immortel", il nous fait le coup du ralenti, de la musique d'opéra à fond la caisse, et du plan « famille » avec grand-mère, petit garçon et gangster repenti. Car il s'agit bien ici de l'histoire de la « rédemption » de Charlie Matteï, ancien mafieux qui a choisi de raccrocher. Pas si simple, bien sûr. C'est ce qu'il comprend quand il se réveille miraculeusement à l'hôpital, après que les médecins lui aient extrait 22 balles du « buffet ». Voilà donc l'histoire de sa vengeance, entre cavale pour échapper aux flics et règlement de compte avec ses anciens amis...

Comment faire, aujourd'hui, un film de mafia, sans s'achopper sur les références obligatoires du genre ? Richard Berry choisit l'option « clichés interminables » et signe un film sans surprise, entre plans trop longs et scènes trop « remuées » et découpées pour qu'on y comprenne encore quelque chose. Le tout baignant dans une omniprésente musique lyrique franchement agaçante.

Il s'appuie sur Jean Réno, abonné aux rôles de durs au grand coeur, qui ne se fatigue pas en tentant de faire mieux que le minimum syndical. Par contre, s'abtenir de donner un contre-emploi à Kad Merad aurait été judicieux tant ce dernier est risible, dès sa première apparition, en parrain mafieux susurrant et bégayant.

D'ailleurs ces « mafieux héros » posent aussi problème, dans ce film qui les porte aux nues. Comment peut-on, encore aujourd'hui, filmer la violence avec une telle complaisance ? Un cliché de plus dans un film qui ne mérite pas les 10 euros d'une place de cinéma.
Auteur :Christophe Dordain
Tous nos contenus sur "L'Immortel" Toutes les critiques de "Christophe Dordain"