Critiques

L’Odyssée : Entre esthétisme et écologie

"L'Odyssée", est non seulement basé sur Jacques-Yves Cousteau, mais aussi et surtout sur sa relation tendre et conflictuelle avec son fils, Philippe. Ce dernier fait face avec impuissance à l'abandon, à l'indifférence de son père qui désirerait en retour le regard plein d'admiration de son fils.

Ce besoin de reconnaissance fait naître chez Philippe un mépris profond pour son père, et surtout pour son travail, sa passion, qui l'occupe tant qu'il délaisse peu à peu ses fils, puis sa femme. Le malheur de Philippe n'est que plus grand alors qu'il doit faire face à la difficulté d'être le « fils de », et c'est dans son indépendance qu'il retrouve son père. 

Le parti pris de "L'Odyssée" est intéressant. En effet, on a tous entendu parler du commandant Cousteau mais très peu voire jamais de son fils. Philippe est bien souvent une découverte pour le spectateur, tout comme les aspects négatifs du très fameux Commandant Cousteau. On le découvre cette fois derrière la caméra et l'image qu'il pouvait donner de lui dans ses nombreux documents d'archives ou émission télévisées.

Le lien père-fils est d'autant plus important que c'est Philippe qui apporte à son père son intérêt pour la cause écologique et c'est ce duo qui donna naissance à la Cousteau Society, qui « protège l'environnement et améliore la qualité de vie des générations actuelles et futures ». Comme l'a toutefois précisé Jérôme Salle, là n'est pas la réelle ambition de "L'Odyssée", même s'il est fier de cet engagement écologique. Pour exemple concret, un plan dans lequel la famille Cousteau nage parmi un banc de poissons colorés.

Même si le film contient très peu d'images de synthèse et que Pierre Niney a effectivement nagé au milieu des requins, il était totalement impossible de filmer avec autant de poissons, tout simplement parce qu'un tel lieu n'existe plus aujourd'hui, du fait de la dégradation de l'environnement et de la pollution croissante des océans.

Il me semble également primordial d'aborder le thème des couleurs, parce que c'est réellement là que réside la beauté de ce film. Afin d'obtenir ces aplats de couleurs à couper le souffle, le réalisateur a fait le choix de filmer comme avant les années 50, c'est à dire dos au soleil et non à contre jour ce qui donne une atmosphère toute particulière à ses images.

Outre son aspect esthétique particulièrement propice au rendu d'un océan plus bleu que bleu, "L'Odyssée" est surtout l'ode à une relation entre un père et son fils séparés par leurs ambitions et à la naissance d'une conscience écologique.

Auteure :Alix Livory Boillot
Tous nos contenus sur "L'Odyssée" Toutes les critiques de "Alix Livory Boillot"

ça peut vous interesser

Un long dimanche de fiançailles : Audrey for ever

Rédaction

De Gaulle : La critique du film

Rédaction

Les Traducteurs : Diaboliquement ingénieux ?

Rédaction