18 septembre 2019
Critiques

La Chute du président : 3 mauvaises raisons de voir le film

Critique du film La Chute du Président

par François Bour

La Chute du Président. En bon cinéphile amateur de Cinéma, ce film n’est pas digne de votre intérêt. Vous lisez, par curiosité, les critiques de la presse. Sans surprise, elles sont négatives. Pourtant, vous avez envie d’y aller. Un plaisir coupable ? Voici trois (mauvaises) raisons d’aller voir ce film, histoire de vous donner mauvaise conscience.

1 – Gérard Butler en mode Oscar


Pour cette troisième aventure, Gerard Butler reprend le rôle de Mike Banning, le membre des services secret chargé de la protection du président. Un job pour lequel il faut avoir les épaules solides. Celles de Gérard Butler le sont. En témoignent le nombre d’ennemis qu’il met à terre durant près de deux heures. Mais ce serait sous-exploiter les talents de l’acteur que de se contenter de cela. Alors entre deux accrochages musclés et une ou deux cascades, Gérard Butler voit son personnage s’inquiéter pour sa femme et sa fille tout en retrouvant un père qu’il n’a pas vu depuis 20 ans. Séquences émotions garanties au milieu d’explosions et de combats rapprochés, l’acteur donne tout ce qu’il a.

2- Un scénario d’une complexité rare


Alors que La Chute de la Maison Blanche et La Chute de Londres ont été deux succès au box-office, il est évident que Ric Roman Waugh, le nouveau réalisateur, n’a pas changé la recette. C’est donc dans la lignée des précédents opus que le long métrage du cinéaste américain propose un scénario « très » compliqué pour mieux mettre en avant ses scènes d’action. Le principe même d’avoir l’homme de confiance du président accusé à tort d’un attentat contre la présidence est « rare » au cinéma. Face à une telle complexité, les scénaristes ont quelque peu balisé le récit pour permettre au spectateur de comprendre dès les premières minutes qui était à l’origine du complot. Un beau geste qui permet d’aborder plus tranquillement le reste du film.

3 – Du grand cinéma multiplié par 23


C’est le chiffre clé. Celui pour lequel les spectateurs se sont laissé tenter : 23. Le nombre de séquences d’action dites spectaculaires proposées dans La Chute du Président. "On voulait intégrer autant de séquences d'action spectaculaires que possible. Et c'est précisément ce qu'ils ont réussi à faire. Les deux premiers opus comportaient une douzaine de scènes d'action chacun et on est passé à 23 scènes pour ce nouveau chapitre, ce qui est considérable !", se rappelle Gerard Butler. Impossible donc de résister à 23 séquences qui mette le spectateur dans un état qu’il ne vaut mieux pas décrire. C’est un texte sans spoiler. Il faut juste signaler que La Chute du Président est un chapitre explosif donc comme Hollywood sait en faire de nos jours. Pour le meilleur et pour le pire.

Tous nos contenus sur "La Chute du président"
Toutes les critiques de "François Bour"

ça peut vous interesser

Donne-moi des ailes : Venez voler avec les oies !

Rédaction

Inséparables : La critique du film

Rédaction

Concours : Avant-première du film Donne-moi des ailes

Rédaction