18 novembre 2019
Critiques

La Confession : Être ou ne pas être croyant ? Telle est la question !

Reposant en grande partie sur le talent de ses deux acteurs principaux, "La Confession" décrit la relation conflictuelle entre une femme ouvertement anti-religieuse et un jeune prêtre en pleine Occupation. Communiste dans l'âme tout en rejetant l'existence une quelconque puissance divine, le personnage campé par Marine Vacth va peu à peu se laisser troubler par ce nouveau curé d'une étonnante éloquence.

 "La Confession" s'attache tout particulièrement à mettre en lumière l'impact de la foi sur ses propres choix. Diamétralement opposé au départ, le duo formé par Romain Duris et Marine Vacth offre aux spectateurs de sublimes passe d'armes sur la pertinence ou non de la Religion. Le fait que l'intrigue se déroule en temps de guerre apporte en plus une certaine résonance aux différents propos développés par les personnages.

S'il existait un trophée qui récompense les dialogues, nul doute que "La Confession" serait sacrée dans cette catégorie. Les répliques entre les deux acteurs fusent à un rythme fluide et parfaitement calibré. La vision que l'on pourrait se faire des prêtres en temps-là vole complètement en éclat grâce notamment à l'interprétation toute en subtilité de Romain Duris. Impossible de ne pas éprouver une profonde sympathie pour son personnage une fois la projection arrivée à son terme.

Concernant l'atmosphère très pesante qui régnait lors de l'Occupation, elle est retranscrit ici avec beaucoup de fidélité. Les images sombrent omniprésentes expriment parfaitement la tension quotidienne de l'époque. Ajoutez à cela quelques second rôles très efficaces dans le but d'illustrer l'opposition entre collabos et résistants pour que l'on obtienne un portrait très représentatif de la France à cette période. L'intense luminosité des scènes en présence du prêtre contraste d'ailleurs magnifiquement avec tout cela. On retrouve en lui une sorte de guide spirituel étincelant en somme.

Finalement, la complicité évidente entre les deux acteurs principaux à l'écran suffit amplement à faire de "La Confession" un excellent drame. Mention spéciale encore une fois aux dialogues très recherchés qui forceront les spectateurs à remettre en question leurs acquis en terme de croyance religieuse. Mais de là à les convaincre de se convertir, il n'y a qu'un pas que l'on ne franchira pas.

Auteur :Clément Machetto
Tous nos contenus sur "La Confession" Toutes les critiques de "Clément Machetto"

ça peut vous interesser

Trois jours et une vie : Rencontre avec Nicolas Boukhrief

Rédaction

3 jours et une vie : Le cinéma de genre français n’est pas mort !

Rédaction

3 jours et une vie : Angoisse et tension à Olloy

Rédaction