25 octobre 2020
Critiques

La Daronne : Plaisant mais maladroit

Par Clara Lainé

Isabelle Huppert déguisée en princesse saoudienne dans le film "La Daronne" (tiré d'un roman d'Hannelore Cayre) ! Huppert traînant derrière elle une valise pleine de drogues ? La vision est improbable au cinéma. Et pourtant, contre toute attente, le personnage de Patience Portefeux, jouée par une Isabelle Huppert en grande forme, est étonnamment crédible.

Cette femme de 50 ans n'a, en apparence, rien d'exceptionnel. Pourtant, lorsqu'elle se retrouve confrontée à la délicate tâche de devoir contribuer à l'arrestation du fils de l'infirmière qui s'occupe de sa mère placée en EHPAD, elle n'hésite pas une seule seconde et fait volontairement échouer l'opération : s'ensuit alors un concours de circonstances qui mène Patience à la tête d'un des plus grands trafics de drogue de Paris.

Surnommée « La Daronne », l’héroïne est admirable de culot et d'intelligence : jouant double-jeu tout au long du scénario, Patience affiche ostensiblement son hostilité vis-à-vis du système dont elle fait partie et qu'elle n'hésite pas à instrumentaliser. La Daronne ne se se laisse déstabiliser par personne, qu'il s'agisse du chef de la police (Hippolyte Girardot) éperdument amoureux d'elle ou bien des caïds arabes du quartier qu'elle soumet à son bon-vouloir. Au milieu de tous ces personnages secondaires, seule Madame Fo semble jouer dans la même catégorie. En effet, en dépit des apparences, la concierge de l'immeuble se révèle encore plus fourbe que la Daronne elle-même.

Vous l'aurez compris : dans la comédie "La Daronne", la plupart des personnages féminins sont de fortes personnalités qui trouvent un certain plaisir à contrôler les gens qui les entourent. C'est un parti pris intéressant, d'autant plus qu'il est contrebalancé par une fin subtile et touchante dans laquelle se révèle toute la sensibilité de Philippe, le chef de la police incarné par Hippolyte Girardot.

Jean-Paul Salomé évite ainsi l'écueil du manichéisme bien qu'on puisse lui adresser la critique d'un manque d'envergure de ses personnages secondaires dans cette comédie : certes, Isabelle Huppert, dans son rôle de Daronne, accapare tous les regards, de par la brillance de son interprétation, néanmoins, il faut avouer que le scénario lui-même laisse peu de place aux gens qui l'entourent.

On peut notamment adresser quelques critiques et regretter dans le film "La Daronne" certains stéréotypes maladroits, qui, au-delà de ne rien apporter au film, ont même tendance à desservir son propos. Il aurait sans doute été plus intéressant de ne pas tout miser sur le contre-emploi d'Isabelle Huppert (suffisant pour attirer les spectateurs face à ce curieux film) afin de s'attarder plus longuement sur les personnages de Scotch, Chocapic ou encore Khadidja. Cela aurait permis d'apporter un peu de nuances à un discours parfois un peu caricatural.

Néanmoins, ne soyons pas trop critiques et il faut reconnaître au réalisateur sa volonté d'aller au-delà du simple divertissement : bien que la comédie demeure au premier plan, Jean-Paul Salomé met un point d'honneur à aborder des sujets polémiques à travers cette Daronne aussi insolente que singulière. Dès lors, cette adaptation du roman d'Hannelore Cayre reste plaisante : si on ne s'attend pas à un polar mémorable et que l'on aspire simplement à passer une heure quarante-cinq agréable, "La Daronne" est un excellent choix de comédie à voir au cinéma.


Tous nos contenus sur "La Daronne" Toutes les critiques de "Clara Lainé"

ça peut vous interesser

ADN : Maïwenn au sommet

Rédaction

Yalda : La critique du film

Rédaction

L’ADN de Maïwenn

Rédaction