30 novembre 2020
Archives Critiques

La Doublure : Un fauteuil pour deux

Dans la famille Pignon, je demande… François, cinquième du nom pour "La Doublure" !

Après Jacques Brel, Daniel Auteuil et le non moins mémorable Pierre Richard, c'est au tour du comique Gad Elmaleh d'endosser le costume du célèbre français moyen crée il y a plus de vingt ans par Francis Weber. Logique donc, que ce soit lui qui le ressuscite dans une nouvelle comédie, et force est de constater que jusqu'ici le retour de François Pignon a toujours été bien salué par la public (le record d'entrées étant tenu pour "Le Dîner de Cons" avec Jacques Villeret dans le rôle). Cerise sur le gâteau, c'est un « ancien Pignon » (en la personne de Daniel Auteuil) qui va lui donner la réplique, avec en renfort les appréciables Virginie Ledoyen et Alice Taglioni.

Humour et maladresses, charme et répliques cinglantes, que demander de plus avec "La Doublure" ? Peut-être un semblant d'enthousiasme dans cet amas de joyeusetés, car loin de leur talents respectifs, l'ensemble des acteurs semble si à l'étroit dans leurs accoutrements respectifs que l'on croirait assister à une séance de répétition avant l'entrée en scène. A commencer par Gad Elmaleh dont le dynamisme inexistant au possible se reflète dans la platitude de son ton de voix : un comble pour un comique qui a pour habitude d'aviver les salles de spectacle et qui avait déjà conquis un large public avec "Chouchou". Daniel Auteuil s'énerve beaucoup, seul dans son coin, en voyant Pignon prendre ses aises avec le mannequin. Amusant, mais vite redondant.

Même si le postulat de départ de "La Doublure" écarte toute crédibilité tant la pilule scénaristique est grosse à avaler, Francis Weber a su nous montrer par le passé sa maîtrise des quiproquos, malentendus et autres retournements burlesques tout en s'adaptant à chacun de ses acteurs. Son casting pèse peut-être trop lourd ici. Entre Kristin Scott Thomas cloîtrée dans un rôle insignifiant, des personnages inutiles (les clients de la boutique) et l'omniprésence de décors carton-pâte au service d'une réalisation télévisuelle (le budget est pourtant de 25 millions d'euros !), l'humour est comme neutralisé par une pauvreté d'ensemble. Richard Berry en perfide conseiller et Dany Boon en colocataire désabusé crèvent l'écran à chaque apparition, on les aurait préféré dans les rôles principaux. C'est avec grand plaisir qu'on retrouve cependant tout ce beau monde, quelques éclats de rires sont à prévoir, même si globalement cela manque de conviction.

Sympathique, ni plus, ni moins que "La Doublure".

Auteur :Julien LeconteTous nos contenus sur "La Doublure" Toutes les critiques de "Julien Leconte"

ça peut vous interesser

La Reine Margot : Le sang de la robe

Rédaction

Le Professionnel : La critique

Rédaction

Supercopter : La série en Bluray

Rédaction