Critiques

La Face Cachée de Margo : Critique n° 1

John Green, le nouveau meilleur ami des adolescents en marge et/ou déprimés voit à nouveau un de ses bestsellers adaptés sur grand écran. Après le raz-de-marée provoqué par "Nos Etoiles Contraires", propulsant Shaleine Woodley comme sérieuse concurrente d'Emma Watson ou Jennifer Lawrence au titre d'idole des jeunes boutonneux, c'est au tour de "La Face Cachée de Margo" ("Paper Towns" de son titre d'origine) d'attiser notre curiosité. Avec, à sa tête, la hit-girl du moment (quoi que, plutôt 2013), l'irrévérente Cara Delevingne. Et surprise : bien que nos années biactol, one three hill and company soient quelque peu derrière nous, on accroche jusqu'à s'y perdre.

La force du projet est paradoxalement la justesse de son histoire et des différentes interprétations. Ceux qui n'ont pas lu le bouquin (je lève la main) et se sont contentés de la bande annonce avaient pourtant de quoi frémir. De peur, de dégoût. Un nouveau film pour « jeunes adultes » mal dans leurs peaux, coincés quelque part entre l'adolescence, âge ingrat, et l'ère adulte, âge peut-être pire encore. Un film où le principal protagoniste, Quentin alias « Q » rêve en couleur de sa voisine d'en face, la bombe du lycée, aussi mystérieuse et sexy que ses sourcils épais. Bref, une nouvelle tentative de rendre hommage à ces loosers magnifiques que nous avons tous connus et qui sait, peut-être même interprétés jadis bien malgré nous.

"La Face Cachée de Margo", malgré un début de teen-movie plutôt classique, s'émancipe vite de ces rébarbatifs rouages. Le happy end est sublime et oh combien inespéré. Qui n'a jamais hurlé de douleur, écrasant avec rage ses pop-corns d'une main, sa canette dans l'autre, à la vue de l'éternel ringard de service emmenant sur son cheval blanc au loin la bombasse de son lycée/boulot ? Et même si les personnages secondaires, comic relief à l'effet plus que discutable, eux ne sortent jamais vraiment de leur fonction de clichés ambulants, l'ensemble surpasse la plupart des autres films du genre qui composent le paysage cinématographique adolescent. Cela étant, on aurait aimé que la prise de risque soit totale et que le film échappe à tout joug et stéréotypes. Pour une 3ème adaptation toujours piochée dans les écrits de Mister Green peut-être ?

Le ton, entre mélancolie et feel good movie sonne très juste. Le road-trip s'annonce être la sinécure de ces adolescents prisonniers de leurs images respectives. Et si la chasse aux indices et trésors ne fait que reprendre celle du livre, elle reste intéressante bien que parfois trop lente et pas toujours très excitante. Nat Wolff, qui prête ses traits à « Q », s'en sort à merveille dans le rôle du looser (à voir si c'est un compliment) et l'exercice d'identification coulera ainsi sans vaseline.

Bien évidemment, la véritable performance qui attirera, comme ce fut mon cas, les plus perplexes reste celle du top/chanteuse et à présent actrice. Et c'est, contre toutes attentes personnelles, la bonne surprise. A première vue, le choix était pourtant quelque peu surprenant. Si Cara Delevingne a su susciter en très peu de temps le respect de ses pairs et l'admiration des jeunes filles en recherche d'un modèle accessible, elle a d'avantage le physique de l'amie délurée qu'on souhaite tous avoir dans sa bande plutôt que LA fille dont tous les garçons (et filles) rêvent en secret. Pourtant, elle s'en sort à merveille dans ce rôle qui tend à lui ressembler, garçon manqué, rebelle et mystérieuse dont l'image n'est jamais totalement contrôlée.

L'amour entre Margo et « Q », vraisemblablement novice en la matière est supposé non partagé, telle une balance cassée. Pour notre plus grand bonheur, du moins le mien, c'est en ce sens que les acteurs furent dirigés. Pas un instant on ne croit que Margo (ou Cara) désire, aime et comblera les attentes de ce brave petit « Q » qui, comme elle le soulève si justement lors de la situation finale, n'aime qu'image faussée d'elle, la représentation légendaire mais presque hasardeuse qu'il a construit au fil des années. Sans chichi, Cara Delevingne s'annonce bien plus prometteuse que ce que nous espérions.

Si le préambule du film promet une lecture déjà vue -ou plutôt lue- de nos années lycée, il s'affiche résolument novateur et bien plus solaire que son prédécesseur "Nos Etoiles Contraires" (dont je garde encore un amer goût de vomi dans la gorge si vous voulez tout savoir). Le public « adulescent » sera conquis, il faut dire que la mécanique commerciale marche à merveille. Les curieux, eux, seront rassasiés et n'auront comme moi qu'une hâte, revoir Cara dans les salles obscures… Dans "Suicide Squad", pour ne citer qu'un seul rencard possible, tant sa future carrière semble déjà bien chargée.
Auteur :Mélissa Chevreuil
Tous nos contenus sur "La Face Cachée de Margo " Toutes les critiques de "Mélissa Chevreuil"