28 octobre 2020
Critiques

La Folle Histoire de Max et Léon : Passage sur grand écran plutôt réussi

Pas une semaine ne se passe, en ce moment, sans qu'on ne voit sortir sur les écrans de cinéma la dernière comédie française à la mode, sensée nous faire rire.

Et en ce nouveau mercredi (enfin mardi pour changer), c'était au tour de "La Folle Histoire de Max et Léon", par le duo d'humoristes composé de Grégoire Ludig et David Marsais, plus connu sous le nom du Palmashow.

Pour ceux qui ne connaissent pas, ce duo sévit avec succès, depuis quelques années, sur Internet et à la télévision, proposant des sketchs décalés, parodiant le plus souvent chanteurs et films cultes, et une galerie de personnages un peu barrés. 

Il aurait donc pu être tentant pour le Palmashow de porter à l'écran certains de ces personnages tant adorés par leurs fans (comme ce fut le cas avec "Brice" pour Jean Dujardin, "Chouchou" et "Coco" pour Gad Elmaleh, "Repas de Famille" pour les Chevaliers du Fiel). Le duo a préféré éviter cette solution de facilité et s'est donné pour ambition d'écrire une trame totalement originale (sachant les risques que cela comporte, on se rappelle tous du bide d'"Hollywoo" par Florence Foresti), sur fond historique.

"La Folle Histoire de Max et Léon" s'avère ainsi être une comédie disposant d'un scénario bien écrit, le duo semblant avoir été animé par une volonté de raconter d'une histoire travaillée et agrémentée de scènes humoristiques (qui font leur effet le plus souvent) plutôt qu'une suite de sketchs qu'on tente de raccorder entre eux comme on peut.

C'est donc avec un certain intérêt que vous avez suivi cette aventure épique (qui ne faiblit jamais, pas de temps mort, les rebondissements s'enchaînent) se déroulant en plein cœur de la Seconde Guerre mondiale. Une sorte d'hommage aux grands classiques de la comédie française tels que "La Grande Vadrouille", "Le Mur de l'Atlantique", "Papy Fait de la Résistance" ou "La Septième Compagnie" (les références sont plus larges cependant, il vous semble avoir vu une allusion aux Dupond(t) dans une scène en Syrie).

Le tout narrant les tribulations de deux couards déserteurs qui finissent par se retrouver dans la Résistance bien malgré eux (ils n'ont qu'un souhait pourtant : qu'on leur foute la paix pour pouvoir ouvrir un bar à vins et picoler tranquille - intention fort louable ceci dit). 

Le récit est d'autant plus efficace que le Palmashow s'est entouré d'un nombre de guests assez impressionnants de la scène comique française (dont Kyan Khojandi, Jonathan Cohen aka Serge le Mytho, Thomas VBD, Monsieur Poulpe, Baptiste Lecaplain, David Salles, etc.) et d'acteurs géniaux comme, pour ne citer que lui, Nicolas Maury (ses répliques, surtout prononcées par lui, sont à mourir de rire), dont on sent qu'ils ont tous eu plaisir à participer à cette aventure. Et ce plaisir est vraiment contagieux.

Vous teniez cependant à préciser que si vous aviez déjà vu des parodies du Palmashow (vous ne vivez pas dans une grotte!), vous ne connaissez pas vraiment le travail du duo et donc l'avis précédent est le point de vue d'une non fan, limite profane pour ainsi dire, mais amatrice d'humour décalé et parodique.

"La Folle Aventure de Max et Léon" s'avère donc un bon moment de cinéma dans le genre, que les adeptes du Palmashow devraient encore plus apprécier. Grégoire Ludig et David Marsais ont donc réussi leur passage sur grand écran, même s'il est évident que les fans purs et durs de "La Grand Vadrouille" par exemple risquent, eux, de ne pas être du même avis.

Auteure :Karine Lebreton

Tous nos contenus sur "La Folle Histoire de Max et Léon" Toutes les critiques de "Karine Lebreton"

ça peut vous interesser

30 jours max : Une comédie burlesque

Rédaction

Engrenages Saison 8 : Jeu DVD

Rédaction

L’Avare : Louis de Funès en Harpagon

Rédaction