Archives Critiques

La Légende de Bagger Vance : Une lente rédemption

Sixième film de Robert Redford, "La Légende de Bagger Vance" reste dans la lignée de ses précédentes réalisations : plus qu'un cinéma spectacle, Redford s'attache à mettre en avant les valeurs qui lui tiennent à coeur.

Enfant prodige de Savannah, champion de golf aussi phénoménal que précoce, et fiancé de la ravissante et richissime Adèle Invergordon, Rannulph Junuh n'échappe pourtant pas à la conscription. Avec ses compagnons d'armes, il est envoyé sur le front européen du premier conflit mondial. Après plusieurs années de silence, tout le monde le croyant mort, Junuh rentre chez lui dans le plus parfait anonymat, hanté par le souvenir des atrocités qu'il a vécues en Europe.

La Grande Dépression n'ayant épargné personne, John Invergordon, ruiné, se suicide, laissant une fille éplorée, criblée de dettes et un parcours de golf flambant neuf. Acculée par ses créanciers, Adèle trouve l'idée d'organiser un tournoi pour remplir les caisses et faire renaître Savannah de ses cendres. Elle propose aux deux grands champions que compte l'Amérique de venir s'affronter sur son green. Bobby Jones est le premier à accepter, ainsi que Walter Hagen. Il ne reste plus qu'à convaincre l'enfant chéri de la région à les rejoindre. Tous les espoirs de la ville reposent sur les frêles épaules du jeune Hardy Greaves, pour retrouver et convaincre Junuh de rejouer au golf. Une fois cela fait, en pleine nuit, venant de nulle part, débarque Bagger Vance, qui se propose contre cinq dollars et une paire de chaussures, de devenir le caddie de Junuh...

Dans "La Légende de Bagger Vance" (distribué par la Fox), Robert Redford filme la lente rédemption d'un homme piégé par un passé qu'il ne parvient pas à oublier. Si, sur le fond, il n'y a rien à redire, les procédés employés par Redford laissent parfois à désirer (les métaphores s'avèrent souvent grossières et les pensées profondes assenées en boucle par le personnage de Will Smith finissent par agacer). Malgré tout, il faut reconnaître à Robert Redford un réel talent lorsqu'il s'agit de faire de belles images : terrains de golf, paysages, personnages et intérieurs possèdent un indéniable charme que le cinéaste ne rechigne pas à utiliser. Moins percutant que "Quiz Show" et moins humain que "Et au milieu coule une rivière", "La Légende de Bagger Vance" plaira aux amateurs de bons sentiments. 

Auteur :Guillaume Branquart
Tous nos contenus sur "La Légende de Bagger Vance" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Robert Redford : L’affaire Chelsea Deardon

Rédaction

Jeremiah Johnson avec Robert Redford

Rédaction

La mémoire dans la peau : Pourquoi le revoir ?

Rédaction