19 septembre 2020
Archives Critiques

La Maison de l’Horreur : La critique

Je n'avais aucun espoir en "La maison de l'horreur". Après le décevant "Hantise", je me disais que le genre était peut être mort. Et après avoir vu "Résurrection", j'avais perdu tout espoir d'avoir peur au cinéma. Pourtant, j'ai eu peur ! En effet,  j'attendais une comédie horrifique à la "Scream" et j'ai vu un vrai film de genre qui renoue avac la tradition du Grand Guignol.

C'est, dès le générique, que j'ai compris que j'avais fait l'erreur de sous-estimer ce petit bijou. La recherche plastique revient au galop. Au générique de fin on pourra lire qu'il y avait une équipe d'animation, une équipe à la photographie et une équipe à la vidéo, etc. Tant mieux ! Le générique de début est le plus plastiquement réussi que j'ai jamais vu à l'instar de "Seven" de David Fincher, un véritable hommage à toute l'oeuvre de Dave Mc Kean (si vous ne connaissait les travaux de ce créateur de BD plasticien je vous recommande Cages aux éditions Delcourt ou Arkham Asylum si vous voulez retrouver l'ambiance de "La Maison de l'Horreur" dans l'univers de Batman).

Là où je m'attendais à voir des adolescents se faire complaisamment massacrer, j'ai vu des adultes subir l'étau d'une maison-piège se resserrer sur leur cupidité. La preuve qu'on a de l'authentique ? C'est la présence de Jeffey Combs (Herbert West dans le film "Reanimator"), qui remet la blouse blanche et nous gratifie de son regard d'allumé derrière ses double foyers.

La petite réserve que je ferai quand même concerne l'acte final de "La Maison de l'Horreur" qui tient largement la route pendant la majeure partie du récit. Toutefois, sa faille réside dans le faut de ne pas avoir continué sur le doute et les petits effets visuels qui vous glacent le sang jusqu'au dénouement. Ce dernier, lui, reste sobre je vous l'assure mais, vu la qualité de ce qui à précédé, il vous laisse un peu sur votre faim.

Malgré tout cela, j'ai tellement été heureux pendant cette avant-première programmée à minuit (brrrrrr !) que j'en étais replongé dans mes premières émotions de jeune cinéphile comme à l'époque où je découvrais "Les Griffes de la Nuit" de Wes Craven. Sans coup férir, "La Maison de l'Horreur"" fera désormais partie de ma Dvdthèque en construction...

Auteur :Denis Ounissi
Tous nos contenus sur "La Maison de l'Horreur " Toutes les critiques de "Denis Ounissi"

ça peut vous interesser

De Gaulle : Gagnez vos DVD !

Rédaction

Avant-première : Poly

Rédaction

Divorce Club : Adhérez !

Rédaction