18 novembre 2019
Archives Critiques

La Mémoire dans la peau : Ennuyeux

Dans "La mémoire dans la peau", au large de Marseille, on repêche un homme avec trois balles dans la peau. Il est pas mort : il a de la chance. Ca va pas durer.

A peine il ressuscite qu'il devient amnésique. Pour ajouter à son désarroi, on lui extrait de la peau une capsule électronique contenant un numéro de compte en banque-suisse comme il se doit. Qu'est ce que ça foutait là ? Mystère.

Arrivé à Genève, le gars découvre qu'il s'appelle Bourne, qu'il possède plusieurs passeports à des identités et nationalités différentes et plusieurs liasses de billets en devises différentes itou. Cela mettra du beurre dans les épinards.

D'autant qu'il se corsent rapidement, les épinards : plusieurs malfaisants essaient de le tuer ! Alors qu'il a rien fait le gars ! Y'a de quoi se révolter ! Heureusement, c'est lui le plus fort, il s'échappe.

"La mémoire dans la peau", c'est l'histoire d'un type qui ne sait plus ni son nom ni sa nationalité ni rien, qui est poursuivi on ne sait trop pourquoi par des vilains malfrats aux ordres d'une organisation nébuleuse mal identifiée (il paraît que c'est la CIA) qui essaie de l'éliminer pour une raison inconnue.

C'est pas très clair, hein ? Il faut dire que quand on suit pas à pas un amnésique qui ne comprend pas ce qui lui arrive, on a du mal à s'y retrouver.

Ce n'est d'ailleurs pas Doug Liman qui nous y aiderait : dans un souci de ‘réalisme' pour "La mémoire dans la peau", il colle sa caméra aux basques du monolithique Matt Damon dans le style "Rosetta" des frères Dardennes.

Filmer "réaliste" pour "La mémoire dans la peau" est une solution bien commode pour faire un film à la va-vite ; total, on ne sait plus où on est, qui fait quoi etc.

Que le réalisateur ait choisi de se démarquer des conventions de la mise en scène du film d'espionnage est une bonne chose en soi, mais dans ce cas pourquoi met-il dans son film des effets pour le moins anti-réalistes comme le vilain méchant qui passe au travers d'une fenêtre (à l'ancienne la fenêtre, avec la barre d'acier au milieu) aussi facilement qu'à travers du papier ? Enfin voyons…

Un film sans intérêt qui provoque rapidement l'ennui.

Auteur :Pierre Lucas
Tous nos contenus sur "La Mémoire dans la peau " Toutes les critiques de "Pierre Lucas"

ça peut vous interesser

Le Mans 66 : Des voitures et des hommes

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 16 Novembre 2019

Rédaction

Gemini Man : Mr. & Mr. Smith

Rédaction