Archives Critiques

La Porte des Secrets : Ne l’ouvrez pas !

La production horrifique actuelle se divise en deux catégories distinctes : le remake d'un classique considéré comme une référence du genre et les films basés sur des scénarios originaux comprenez qui ne sont pas des reprises d'anciens succès. En pleine explosion de remakes inutiles uniquement montés pour rapporter quelques dollars de plus, on attendait presque avec impatience le nouveau film de Ian Softley (auteur du pourtant nullissime "Feu de Glace"). En effet, "La Porte des Secrets" (distribué par UIP) n'est ni une énième version d'un film asiatique américanisé pour l'occasion ni le premier long d'un assistant stagiaire venu du clip. De plus, le scénario est signé Ethan Kruger qui avait su nous surprendre avec le script d'"Arlington Road" et de "The Ring" version US. Malheureusement, le résultat s'avère plus que décevant.

Caroline est une infirmière au grand cœur qui suit des personnes mourantes jusque dans leurs derniers instants. Fatiguée du traitement réservé aux malades dans les hôpitaux, elle décide de partir au fin fond de la Louisiane dans une vaste demeure pour y soigner un paralysé victime d'une attaque. Mais la maison semble hanter par un passé terrifiant…

Avec un pitch aussi redoutablement cliché, difficile d'échapper aux stéréotypes du film de maison hantée. Portes qui claquent, planchers qui grincent et éclairages défectueux, Ian Softley ne nous épargne rien et s'évertue la plupart du temps à composer des plans idiots comme cette séquence récurrente où un personnage ouvre une porte, la caméra filmant de l'intérieur le mécanisme d'ouverture. Astucieux mais vain surtout quand le réal utilise cinq fois le même effet en vingt minutes.

Le script est à l'image de la réalisation : paresseux. A force de présenter indéfiniment les personnages et créer une atmosphère angoissante (vive les effets stroboscopiques pour les multiples orages qui peuplent le film), Ethan Kruger oublie de raconter une histoire et laisse le spectateur s'embourber dans l'ennui le plus totale. La première heure de cette "Porte des Secrets" ne sert quasiment à rien sauf à laisser dormir tranquillement le cinéphile fatigué de sa longue semaine de visionnage. LA grande idée du film par ailleurs astucieuse et intéressante (la magie noire agit-elle si on y croit pas ?) se trouve ainsi sous exploitée quand les acteurs font ce qu'ils peuvent pour défendre leurs personnages. A ce petit jeu, c'est sans conteste Gena Rowland dans le rôle d'une vieille harpie menaçante qui tire le mieux son épingle du jeu alors que Kate Hudson prouve une fois de plus que sa magnifique composition dans "Presque Célèbre" était un accident.

Dans ce contexte de déception généralisé, le final surprend agréablement puisqu'il sort joliment des sentiers battus et évite le piège du sempiternel happy end. Ce n'est pas la première fois que Kruger concocte des fins cruelles et cyniques (on pense au cinq dernières minutes de "Arlington Road", monument de manipulation démoniaque). Mais cela arrive trop tard pour rattraper les 100 minutes d'ennui et de bâillements que nous inflige "La Porte des Secrets". Une bonne idée gâchée…  

Auteur :Frédérick Lanoy
Tous nos contenus sur "La Porte des secrets" Toutes les critiques de "Frédérick Lanoy"

ça peut vous interesser

L’Ombre de Staline : Au-delà d’un biopic

Rédaction

L’Ombre de Staline : L’expérience interdite

Rédaction

Une femme sous influence de John Cassavetes

Rédaction