27 juillet 2021
Critiques

La Taularde : Immersion réussie en milieu carcéral féminin

"La Taularde" (distribué par Rezo Films) est son quatrième long-métrage et encore une fois il est à la hauteur pour Audrey Estrougo (après le percutant "Une histoire Banale"). Ce ne sont plus Marie Denarnaud et Marie-Sohna Condé les personnages principaux même si on les retrouve avec plaisir dans des rôles de gardiennes de la prison de (l'une comme frêle nouvelle intimidée, l'autre comme Mentor lassée et désabusée …). C'est aujourd'hui Sophie Marceau qu'Audrey Estrougo décide de mettre en lumière (après le hasard d'une rencontre sur un quai de gare). Et c'est un très bon choix ! C'est un bonheur de retrouver Sophie Marceau à l'écran avec un rôle de femme combative loin des habituelles comédies françaises. Une femme Mathilde LEROY, a priori comme tout le monde, prof de lettres, se retrouve en prison pour couvrir son mari d'une tentative d'évasion. Un rôle difficile qu'elle endosse très justement !

Les dysfonctionnements du milieu carcéral sont montrés avec beaucoup de réalisme dans "La Taularde", une mise à nue dès la première scène avec fouille au corps (mais aussi l'agressivité des codétenues, menaces de mort et de viol, agression avec des armes improvisées). Une immersion complètement réussie contrairement à la tentative menée par Pierre Godot pour le film "Eperdument". La réalisatrice y dénonce l'abus de pouvoir des gardiennes, des médecins et autres employés de prison qui déshumanisent les détenues au quotidien en leur refusant par exemple l'utilisation de papier toilette suite à une pénurie sous prétexte qu'on ne peut pas passer d'une cellule à une autre sans surveillance. Des règlements qui ne prennent pas en compte le facteur humain. En bref, des scènes parfois très dures (qui justifient l'interdiction aux moins de 12 ans).


Les seconds rôles brillent autant que Sophie Marceau dans "La Taularde" et c'est un sacré casting qui a été constitué. Nous retrouvons les actrices de "Polisse", dont notamment Carole Franck en gardienne maman poule et Naidra Ayadi qui sème le trouble chez nos détenues à cause de jugements racistes et autres amalgames. Des choix pertinents qui nous régalent comme la participation de Suzanne Clément (que nous avions vu dans "Mommy" de Xavier Dolan) en codétenue hippie de Sophie Marceau qui se saoule à l'hexomédine. Les deux femmes nous offrent une belle scène de complicité qui redonne le sourire dans un environnement étouffant. Et c'est sans oublier le beau Benjamin Siksou et l'étonnante Anne Le Ny qui renouvèle sans cesse son répertoire !

Auteure :Clémence LeroyTous nos contenus sur "La Taularde" Toutes les critiques de "Clémence Leroy"

ça peut vous interesser

Poly de Nicolas Vanier : En Blu-ray

Rédaction

Braveheart : A coeur vaillant…

Rédaction

Poly : Pour enfants, petits et grands

Rédaction