21 octobre 2020
Critiques

La Tour Sombre : Une introduction originale

Par Lucile Tallon


"La Tour Sombre"... Quel projet ambitieux. Depuis toujours les adaptations des œuvres de Stephen King posent problème : des univers trop complexes, des échecs cuisants (hormis certains excellents tels que "Shining" ou "La Ligne Verte") et des fans trop exigeants. Après de multiples abandons, c'est finalement Nikolaj Arcel (réalisateur du magnifique "Royal Affair") qui s'y colle.

Et déjà les critiques s'enflamment. "La Tour Sombre" est trop court ? Oui, la saga est immense, épique, complexe, mais faut-il tout amener en un film de 3h au risque d'être confus, de lancer trop d'arc narratifs ? Non, Nikolaj Arcel décide de créer un film introductif, qui plante un décor et des personnages, avant, on l'espère, de pouvoir approfondir l'ensemble. "La Tour Sombre" n'est pas fidèle aux livres ? Et c'est bien là le problème. On touche l'affect des fans de la saga. Si le réalisateur avait été à ce point fidèle d'une œuvre jugée inadaptable, il en serait certainement ressorti qu'une pâle copie, sans âme. Il a donc fait le pari risqué de moderniser le texte et d'y apporter sa patte.

Cela étant dit, si l'on s'intéresse uniquement au film, sans comparaison aucune avec le livre, le long métrage tient la route. L'univers créé est original entre science-fiction, horreur et western, et les allers-retours entre la Terre et les autres mondes (avec au passage un clin d'œil à la série "Stargate") immergent le spectateur dans cet univers pourtant lointain. Et par ailleurs, les scènes de tirs du Pistolero sont vraiment cool.

Toutefois, un des gros défauts du film est sans équivoque sa bande originale totalement à côté de la plaque. Parfois kitsch, parfois à la limite du film 100% action, elle en fait des tonnes et casse littéralement l'ambiance. Globalement, il est vrai qu'on en ressort avec une impression d'avoir survolé un peu l'univers et certains arcs narratifs sont trop vite amenés. On attend alors la suite avec impatience pour développer l'ensemble.

Le trio de tête des acteurs fonctionne vraiment bien. Le rôle de l'Homme en noir interprété par un Matthew McConaughey désinvolte et sadique lui va à ravir. Même si malheureusement, il est un peu fade, pas assez mystérieux et dévoilé trop rapidement en méchant juste méchant de l'histoire. En revanche, l'alchimie du duo entre Idris Elba et le jeune et très prometteur Tom Taylor est attendrissante, tous deux convaincants dans leur rôle respectif.

Si "La Tour Sombre" n'est, certes pas, un film parfait, il est loin d'être la catastrophe annoncée par les critiques outre-atlantique...

Auteure : Lucile Tallon
Tous nos contenus sur "La Tour sombre" Toutes les critiques de "Lucile Tallon"

ça peut vous interesser

Beasts Of No Nation : Au coeur des ténèbres

Rédaction

The Gentlemen : Long live Guy Ritchie !

Rédaction

Hobbs & Shaw : Quenelle sans plomb

Rédaction