21 octobre 2020
Archives Critiques

La Vie Sans Principe : Critique n° 1

Johnny To n'est pas un inconnu pour le grand public français. Le réalisateur de Hong-Kong avait offert naguère à notre Johnny Hallyday national l'occasion d'exercer sa « Vengeance » dans l'ancienne colonie britannique et par là d'étendre sa notoriété jusqu'aux lointains rivages de la mer de Chine.

Le prolixe (quarante films déjà à son actif !) metteur en scène chinois revient sur les écrans de l'hexagone avec, osons le terme, un pur chef d'œuvre. Abandonnant provisoirement son style tout en fureur et en fébrilité contrôlée, il se lance avec «la vie sans principe» dans une vraie leçon de cinéma et, accessoirement, décrypte de manière magistrale les conséquences de la crise financière.

Croisant de façon judicieuse le destin de quidams touchés, chacun à leur échelle, par la récession, il compose un puzzle saisissant de sa ville. De l'employée de banque au mafieux en passant par l'inspecteur de police ou l'usurier, chaque caractère est saisi sur le vif. Grâce à une maîtrise parfaite de la structure narrative, l'auteur tisse sa toile. Plus le film avance, plus les brumes se lèvent, chaque scène répond en écho à la précédente. C'est du grand art !

Respectant profondément son spectateur, Johnny To sait varier les plaisirs, d'un magistral et drolatique placement de produits financiers à une intervention policière dans un ascenseur d'anthologie, chaque numéro d'acteurs est essentiel. Il aura donc fallu qu'un cinéaste extrême oriental se penche sur la banqueroute grecque pour qu'enfin nous en saisissions l'enjeu. Quand on vous dit que nous sommes entrés dans l'ère de la mondialisation !
Auteur :Régis Dulas
Tous nos contenus sur "La Vie Sans Principe " Toutes les critiques de "Régis Dulas"