Archives Critiques

Laissez-passer : Une certaine époque du cinéma français

Le cinéma français pendant l'Occupation allemande fut très littéraire (avec l'entrée en lice d'écrivains comme Pierre Véry, Jean Giraudoux, Marcel Aymé, Jean Anouilh...) et marqué par la personnalité de Jean Cocteau. A tel point que Pierre Billard dans son Age classique du cinéma français (Flammarion, 1995) parle d'un « cinéma de l'occupation Cocteauesque ».
 
Dans le nouveau film de Bertrand Tavernier, "Laissez-passer", jamais le nom du cinéaste-poète n'est évoqué car Cocteau fut l'un des cinéastes les plus aimés et admirés des critiques des Cahiers, futurs réalisateurs de la Nouvelle vague.

Pour Tavernier, ce film est une nouvelle fois une façon de régler ses affaires avec une certaine critique de cinéma qui, à l'époque, a fustigé les cinéastes de la Qualité française et auxquels ici il rend hommage.

Truffaut et les jeunes turcs des Cahiers du cinéma ont voulu faire table rase de ce cinéma classique trop poussiéreux à leur goût en prenant pour cible des cinéastes comme Claude Autant-Lara, Jean Delannoy, Clouzot, René Clément et surtout les deux scénaristes vedettes des années 40 et 50: Jean Aurenche et Pierre Bost.
 
N'appartenant pas à la famille des Cahiers mais à celle de Positif, Tavernier a voulu, à travers ce film-hommage, montrer quels étaient les rapports ambigus qu'entretenaient certains cinéastes et scénaristes avec la Continental, firme allemande qui produisait des films français.

Si l'entreprise est louable et en partie réussie, il faut admettre que l'objectivité n'est pas le fort de Tavernier et qu'il a volontairement mis à l'écart des cinéastes de l'époque défendu plus tard par les Cahiers pour s'en tenir qu'aux victimes de ces derniers. 
 
Chacun choisit sa famille, Tavernier a choisi la sienne et elle est aussi respectable qu'une autre. Il est d'ailleurs fort probable que les Cahiers et sa succursale Les Inrockuptibles trouvent tous les défauts au nouveau film de Tavernier tandis que Positif le célèbre aveuglement.

Auteur :Christophe Roussel
Tous nos contenus sur "Laissez-passer" Toutes les critiques de "Christophe Roussel"

ça peut vous interesser

L’Incroyable histoire du Facteur Cheval : Gravé dans la roche

Rédaction

AFF 2018 Nils Tavernier et le facteur cheval

Rédaction

Frères ennemis : Le film est il réaliste ?

Rédaction