19 septembre 2021
Critiques

Le Coeur des Hommes 3 : Manque de souffle

Ça y est ils sont de retour avec "Le Coeur des Hommes 3" (distribué par Diaphana). Alex, Antoine et Manu vont, de nouveau, se réunir pour passer des moments de complicités ensemble. Quid de Jeff ? Parti en Floride, mais pas de panique, Jean va rapidement le remplacer. Les choses changent donc, pour le meilleur et pour le pire.

Ce sont des amis de trente ans. Le public a fait leur connaissance en 2003. Sous la plume puis la caméra de Marc Esposito, quatre hommes quelque peu immatures, mais surtout quatre amis inséparables accompagnés de leurs petits problèmes de couples ont eu les faveurs du public. Pour Bernard Campan, Gérard Darmon, Jean Pierre Darroussin et Marc Lavoine, ce film allait marquer le début d'une belle aventure. Après plus de trois millions d'entrées cumulées et sept ans d'attente, le troisième volet arrive enfin sur les écrans. Et si l'on en croit les acteurs principaux, le public croisé durant ces années attendait réellement cette suite.

Alors on prend les mêmes et on recommence ? Eh bien non, pas cette fois. Un absent se fait particulièrement remarquer. Pour d'obscures raisons, Gérard Darmon ne fait pas partie de l'aventure ce qui a obligé le réalisateur à changer son « schéma » comme il le dit lui-même. Un schéma dans lequel s'intègre très bien Éric Elmosnino, ce qui n'est pas surprenant vu le talent de ce dernier. Cela dit, il s'agit tout de même d'un changement de taille. Si de confidences en éclats de rire, le trio redevient (trop ?) rapidement un quatuor, le personnage de Jeff semble ne plus exister. C'est un contraste frappant avec un scénario tout de même parsemé de références aux deux précédents volets. Marc Esposito ne s'en cache pas, "Le Coeur des Hommes 3" est destiné à ceux qui connaissent le quatuor. Difficile pourtant de dire qu'il est indispensable d'avoir vu les précédents films pour suivre ce dernier opus. Le chemin est suffisamment balisé pour pouvoir se retrouver dans le jeu du qui est qui, qui est avec qui et surtout qui a été avec qui.

La recette est donc toujours la même. Il y a l'histoire commune du quatuor qui se nourrit des histoires de chacun de ses membres. En particulier bien sur leurs relations avec les femmes. Aussi les rôles féminins sont tout aussi importants que les quatre rôles principaux. Il ne faut donc pas oublier Florence Thomassin, Catherine Wilkening, Zoé Felix ou bien Lucie Phan et Julie Bernard aux côtés des hommes de ce film. C'est bien connu, les femmes sont intrigantes et c'est donc normal de les retrouver au centre du film. Et puisqu'il s'agit d'évoquer l'intrigue de ce long métrage, il faut avouer qu'il n'y a pas de réelles surprises. À vrai dire, les petites histoires parallèles des uns et des autres amènent presque un sentiment de lassitude. Sans en dire trop, les trois amis de toujours semblent être restés les mêmes dans les grandes lignes, c'est certes rassurant pour leur public, mais ils évoluent très peu durant une heure et demie. Au final, le chemin parcouru par le récit durant ce laps de temps parait presque banal. Seule la découverte du personnage incarné par Éric Elmosnino montre une progression certaine.

Comme souvent dans les suites, le phénomène du souffle court se fait ici ressentir dans "Le Coeur des Hommes 3". D'autant plus lorsqu'il s'agit d'une comédie, d'avantage encore lorsque cela se ressent à travers les dialogues. Si les premiers opus détenaient quelques répliques cinglantes (le clin d'œil au spice girls, les histoires de chattes…), ce chapitre manque clairement de ressorts comiques. Seuls les quelques fils rouges sortent du rang parmi des dialogues qui sont souvent plats. Le plus difficile, c'est de surfer sur la vague tout en proposant quelque chose de différent. Aussi, "Le Coeur des Hommes 3" a bien du mal à trouver son troisième souffle et se repose donc sur ses bases, c'est-à-dire sur la sympathie du public pour la bande de copains qu'ils suivent depuis plusieurs années. S'il est indéniable que pour une bonne partie du public les retrouvailles seront agréables, se pose déjà la question de la nécessité de continuer l'aventure. Parfois faire le bon choix, c'est savoir s'arrêter au bon moment. Reste à savoir s'il n'est pas déjà trop tard.

Auteur :François Bour
Tous nos contenus sur "Le Coeur des Hommes 3" Toutes les critiques de "François Bour"

ça peut vous interesser

Tout s’est bien passé : Pas de pleureuse

Rédaction

Tout s’est bien passé pour François Ozon et André Dussollier

Rédaction

A quel prix ? : Le coût de la dignité

Rédaction