30 novembre 2020
Critiques

Le Dernier Diamant : Un bijou français ?

Avec "Le Dernier Diamant" (distribué par Océan Films), Eric Barbier revient pour mettre en lumière Yvan Attal et Bérénice Béjo pour un film de casse. Ce genre oublié refait surface et casse la baraque dans les salles obscures.

Le 30 avril, un duo glamour et inattendu Attal/Béjo arrive sur les écrans. Autour du vol du Florentin, le cinéaste Eric Barbier réalise un long-métrage où les gangsters et bijoutiers sont manipulés. Malheureusement, les films de cambriolage sont devenus comme cette pierre précieuse. On se souvient des vieux classiques du cinéma français. Aujourd'hui, ce sont les Américains qui exploitent et usent le filon.

"Le Dernier Diamant" marque le retour du film de braquage français. Dès les premières minutes, le plaisir des retrouvailles est là. La musique, les costumes et l'intrigue participent à cet hommage. Mais, dans tout ce bon côté, le rythme est irrégulier. Les dernières minutes sont assez longues. Néanmoins, ce petit défaut n'entache pas le film. Pour cause, le casting est étonnant. Les interprètes incarnent un ou deux personnages et éblouissent par leur présence avec notamment un coup de cœur pour Jean-François Stévenin bien trop rare au cinéma.

"Le Dernier Diamant" s'ouvre sur le thriller et la romance. En témoigne, les sentiments et l'ambiguïté qui rentrent dans l'histoire du film. Côté technique, nous pouvons le constater par ce jeu de lumière. « J'ai choisi de varier entre des couleurs métalliques et chaudes pour appuyer les deux univers des protagonistes » dit le réalisateur. En effet, Bérénice Béjo (Julia) vit dans un milieu aisé aux couleurs dorées. A l'opposé, le cambrioleur joue le gangster au grand coeur dans une atmosphère plutôt froide. Le dernier diamant varie les différents points de vue. « J'ai une fascination pour des personnages qui n'ont pas de moral » rajoute-t-il. Ce film est un pur divertissement et n'a qu'un objectif : décompresser les spectateurs. C'est confirmé, vous allez passer un excellent moment. Tourné entre la Belgique et le Luxembourg, il montre le monde des maisons de vente et des voleurs. Des opposés qui s'attirent et qui nous emmènent dans une folle aventure.

Alors "Le Dernier Diamant" n'est pas LA pépite d'or de l'année, mais c'est un agréable moment à passer avec bons acteurs. Un petit classique du genre qui nous fait attendre patiemment le prochain Festival de Cannes.

Auteur :Joris Naessens
Tous nos contenus sur "Le Dernier Diamant" Toutes les critiques de "Joris Naessens"

ça peut vous interesser

Petit Pays : Une folie humaine à hauteur d’enfant

Rédaction

Bourvil avait peur d’être oublié…

Rédaction

Petit Pays : La fin de l’innocence

Rédaction