23 octobre 2020
Archives Critiques

Le Dernier Roi d’Ecosse : C’était aussi un homme

Longtemps oubliés, le continent africain et les excès et les dérives tyranniques ayant jalonnés son histoire sont devenus les sujets de plusieurs films depuis quelques années. Nous pouvons non exhaustivement songer à des films tels que "The Constant Gardener", "Hôtel Rwanda" ou bien encore "Shooting Dogs". Le nouveau film de Kevin Macdonald, "Le Dernier Roi d'Ecosse" (distribué par Fox France) ayant pour sujet l'Ouganda d'Idi Amin Dada, surnommé « le Boucher de l'Afrique » et responsable de l'extermination de 300 000 personnes au cours des années 70, semble donc s'inscrire dans cette voie tout en traitant son sujet de manière plutôt originale.

"Le Dernier Roi d'Ecosse" est ainsi l'adaptation d'un roman de Giles Foden, journaliste britannique spécialiste de l'Afrique et de l'Ouganda en particulier. L'originalité du roman, et donc du film, est de raconter cette histoire basée sur la réalité du régime d'Amin Dada par le biais d'un personnage imaginaire. Le jeune et naïf médecin écossais qui deviendra l'un des plus proches conseillers du tyran est donc totalement fictif. L'avantage de ce parti pris et ce qui a dans le même temps dût intéresser Macdonald, est incontestablement de pouvoir plonger  dans l'intimité d'Amin Dada et d'éviter l'approche généraliste historique. Ce traitement fait indéniablement songer à celui d'Olivier Hirshbiegel qui avait déclenché une ridicule polémique il y a quelques temps en ayant « osé » humaniser Hitler avec "La Chute". Avec "Le Dernier Roi d'Ecosse", nous découvrons ainsi que, tout comme Hitler, Amin Dada était un homme aussi. Néanmoins, si cette approche a le mérite d'être originale, dans le même temps force est de constater que l'évolution historique nous échappe quelque peu. Ceci est parfaitement logique par rapport au propos du film puisque nous restons dans la même ignorance et naïveté que le personnage du médecin. Cependant, une certaine frustration ne peut s'empêcher de poindre. Nous restons peut-être un peu trop en dehors de l'Histoire.

La seconde réserve vient d'une interrogation quant à la réelle objectivité de Macdonald. Dans son précédent film, "Un jour en septembre", documentaire sur la prise d'otage d'athlètes israéliens lors des jeux olympiques à Munich en 1972, il avait fait preuve d'une certaine légèreté dans le traitement de certains faits et dans l'utilisation plus que douteuse de la musique. Ici, et contrairement à Hirshbiegel qui avait basé son film sur un véritable travail de documentation historique, nous somme un peu trop souvent obligés de prendre pour argent comptant certains faits et traits de caractères d'Amin Dada sans que ceux-ci soient suffisamment étayés. Toutefois, ces quelques réserves mises à part, "Le Dernier Roi d'Ecosse" reste un film puissant porté et emporté par l'interprétation bluffante de Forest Whitaker qui campe un Amin Dada plus que convaincant. Déjà lauréat du Golden Globe du meilleur acteur, il fait en plus parti des favoris pour l'obtention de l'Oscar en mars prochain.

Auteur :Loïc Gourlet
Tous nos contenus sur "Le Dernier roi d'Ecosse" Toutes les critiques de "Loïc Gourlet"

ça peut vous interesser

Ryan Reynols est un free guy

Rédaction

Tenet : Il faut le voir !

Rédaction

L’Empire contre-attaque : 40 ans !

Rédaction