Archives Critiques

Le Dernier Samourai : La Voi Sacrée

Outre les relents ultra héroïques tout droit venus de Hollywood et quelques longueurs, l'aventure proposée par Edward Zwick et Tom Cruise avec "Le Dernier Samouraï" mérite les plus grands éloges. Nous sommes embarqués pour un voyage initiatique d'une grande beauté de par ses images, sa musique et sa philosophie. Algren, dont les dernières racines américaines ont péri noyées dans l'alcool, tente de résister à son malheur mais en vient à écouter son âme pour comprendre le nouveau sens de sa vie, apaisé par le calme de la contrée.

"Le Dernier Samouraï" est saisissant, rythmé, beau. L'action, très bien filmée, est captivante et offre de nombreux rebondissements toujours justifiés. Le jeu des acteurs est excellent. Cruise gagne encore en densité (de regard aussi) et la distribution japonaise joue dans la cour des fines lames au talent très aiguisé. Les héros évoluent dans un décor d'une grande précision historique et culturelle servie par l'oeil omnipotent d'un réalisateur doué et soucieux du moindre détail.

Tout devient important, grand et fragile tant le talent d'Edward Zwick nous fait ressentir le caractère éphémère de la beauté de la vie. Que ce soit dans le quotidien du village, les durs entraînements ou dans les scènes de batailles, l'ordre des samouraï transpire et ne cesse de régir la vie. Cet ordre, c'est le sens du devoir accompli, cette volonté de trouver la paix même dans une mort violente. Ce n'est pas un hasard s'il est dit que le sabre devient l'âme du guerrier.

Enfin, n'oublions pas le vibrant hommage rendu au courageuse femmes forcées de subir le bellicisme de leur mari, toujours trop prompt à faire des veuves et des orphelins au nom du code de l'honneur. Leur malheur trouve sa voix dans le bouleversant mutisme de Taka (Koyuki) qui dans son déchirement transmet des émotions d'une dignité tragique.

"Le Dernier Samouraï" est un véritable hommage à l'insaisissable passé du japon qui par sa soudaine volonté farouche de décapiter 2000 ans de tradition se lança dans une marche progressiste, impérialiste et sanguinaire. Incapable de contenir ses excès, cela déboucha sur quelques années plus tard les invasions en chine, prémices de la Seconde Guerre mondiale.

Auteur :Olivier Bruaux
Tous nos contenus sur "Le Dernier Samourai" Toutes les critiques de "Olivier Bruaux"

ça peut vous interesser

Il était une fois en Amérique de Sergio Leone

Rédaction

Un long dimanche de fiançailles : Audrey for ever

Rédaction

Le cas Richard Jewell : L’enfer est pour le héros

Rédaction