11 juillet 2020
Archives Critiques

Le Dernier Samourai avec Tom Cruise : La critique

Franchement, je suis profondément indignée par la mauvaise foi de certains forums et critiques qui s'ingénient à alimenter une polémique « anti- Tom Cruise » injustifiée, et qui tentent d'imposer leur délire d'interprétation tendancieuse. Comment peut-on manquer à ce point de discernement en affirmant, avant même d'être allé voir "Le Dernier Samouraï" (distribué par Warner Bros. France), que Tom Cruise plombe le film par son ego démesuré, sous le seul prétexte qu'il produit le film et que son narcissisme l'aurait poussé à vouloir son portrait sur l'affiche du film ? Pourquoi cracher sur un acteur qui a fait ses preuves et qui n'est pas qu'une belle gueule ? Pourquoi clamer que "Le Dernier Samouraï" est une histoire ratée formatée par des génies du marketing ? Pourquoi un appel ridicule à boycotter le film ? De temps en temps, il faut avoir l'humilité de reconnaître le talent là où il est. Je ne peux que m'insurger contre de tels propos basés sur des préjugés : on ne peut quand même pas ranger "Le Dernier Samouraï" dans le lot des daubes sans scénarios vues récemment dans les salles ?

Fresque historique grandiose, "Le Dernier Samouraï" atteint une beauté tant spectaculaire qu'introspective parce qu'Edward Zwick - qui, doit-on le rappeler, a tout de même réalisé l'excellent "Légendes d'automne" - a su trouver le parfait équilibre entre récit historique, batailles et combats épiques, passion romanesque, quête intérieure du héros, décors et costumes impressionnants et musique dont la puissance accompagne le caractère épique de l'histoire. Et croyez-moi, l'alchimie de ces éléments suscite l'excitation du début à la fin : on tremble, on vibre, on aime… Faut-il en plus être à ce point aveugle pour ne pas apprécier l'énorme travail réalisé en amont par toute l'équipe du film, tant devant la caméra qu'en coulisses, pour parvenir à ce niveau exceptionnel de spectacle visuel ? Si on peut objecter au film sa mise en scène quelque peu formelle et sa narration normée, "Le Dernier Samouraï" n'en est pas moins un film où l'émotion jaillit, fait fureur, bouleverse, essentiellement parce qu'il touche à des valeurs profondes, essentielles.

L'histoire, qui se déroule au moment de l'occidentalisation « barbare » du Japon, repose sur le « bushibo » qui signifie « la voie du guerrier » et qui régit la conduite du samouraï. Ainsi, « le sabre est l'âme du samouraï » : c'est l'instrument de sa vie et de sa mort. Ce code, influencé par le bouddhisme zen fondé sur l'autodiscipline, était l'enseignement du samouraï : il devait développer ses talents martiaux, adopter un mode de vie simple et surtout faire preuve d'un respect, d'une loyauté et d'un honneur sans faille. Tous les guerriers du village où échoue le capitaine Nathan Algren (Tom Cruise) ont un sens élevé de ce devoir : ils sont prêts à donner leur vie pour l'empereur Mutsu-Hito. Ces vertus de fidélité, d'abnégation, cette quête absolue d'honneur et de respect de soi-même sont l'essence-même du film. Comment ne pas être sensibles à ces valeurs nobles (en voie de disparition de nos jours tant dans la fiction que dans la réalité…), comment ne pas être touchés par la charge symbolique du film, surtout quand ces significations profondes sont filmés de manière remarquable ?... Alors ne cherchons pas à disserter sur le patriotisme américain, sur le mercantilisme hollywoodien, sur la position du héros américain… cela n'a pas lieu d'être.

Quant aux acteurs, oui, Tom Cruise tient le rôle principal, mais est-ce un crime ? Il n'y a pas d'égocentrisme là-dedans ; d'autant plus qu'il ne vole pas la vedette aux autres acteurs. Tom Cruise endosse à la perfection l'armure du capitaine Nathan Algren et compose un personnage complexe tout en force et en fêlures. Inspiré, Cruise s'est jeté corps et âme dans l'aventure et son charisme ne fait qu'ajouter une touche de plaisir ! A ses côtés, les acteurs japonais, et principalement Ken Watanabe, irradient le film d'une présence envoûtante grâce à leur regard pénétrant, déterminé, d'une intensité foudroyante. Quant à la jolie Koyuki, son charme subtil et mystérieux et sa grâce aérienne suffisent pour qu'on se laisse porter par la passion romanesque qui naît entre elle et le capitaine Nathan Algren.

Comparable à un "Danse avec les loups" transposé au Japon, "Le Dernier Samouraï" émeut jusqu'aux larmes : les larmes la plus belle preuve d'amour qu'on puisse donner à un film, et c'est la preuve que « le dernier Samouraï » est digne de rentrer au Panthéon des chefs-d'œuvre cinématographiques. Comme ce n'est pas donné à n'importe quelle comédie de faire rire, ce n'est pas non plus donné à n'importe quel film de faire pleurer…

"Le Dernier Samouraï" est un film au souffle épique divinement bouleversant. 
Auteure :Nathalie Debavelaere
Tous nos contenus sur "Le Dernier Samourai" Toutes les critiques de "Nathalie Debavelaere"

ça peut vous interesser

Concours Bluray : Le cas Richard Jewell

Rédaction

Brooklyn Affairs : A gagner en Bluray

Rédaction

Barry Lyndon : Chef d’oeuvre !

Rédaction