21 janvier 2021
Critiques

Le Discours : Hilarante mélancolie

Par Alexa Bouhelier-Ruelle

Laurent Tirard revient avec son nouveau film "Le Discours", une comédie adaptée sur grand écran du livre éponyme signé Fabrice Caro et publié en 2018. Coincé à un repas de famille qui lui donne des envies de meurtre, Adrien (Benjamin Lavernhe) attend. Il attend que Sonia (Sara Giraudeau) réponde à son SMS et mette fin à la « pause » qu’elle lui fait subir depuis un mois. Et voilà que Ludo (Kyan Khojandi), son futur beau-frère, lui demande de faire un « petit » discours pour le mariage ! Adrien panique. Mais ce discours pourrait bien être la meilleure chose qui lui soit arrivée depuis longtemps.

La mélancolie hilarante de Fabrice Caro tire vers le one-man-show à l’humour cinglant : avec la patte de Fabcaro, sans le dessin, ce sentiment est toujours présent dans "Le Discours" mené avec brio par Benjamin Lavernhe. Son personnage est placé en tant que narrateur qui raconte sa vie, la commente et s’adresse directement aux spectateurs, un exercice souvent périlleux que l’acteur réussit avec panache.

Laurent Tirard de son côté, casse le rythme du film en mettant en pause son récit, ce qui laisse le temps à Adrien de commenter la situation dans laquelle il se trouve. Un procédé intuitif et didactique pas évident à caler correctement pour un réalisateur, le défi est relevé avec justesse. "Le Discours" s'avère très drôle, surtout grâce aux différents discours qu’Adrien imagine pour le mariage de sa sœur ; un film drôle, certes, mais aussi poétique

critique-le-discours1
Sébastien Pouderoux, Benjamin Lavernhe et Sara Giraudeau - Copyright Les Films Sur Mesure

Ce discours au centre du film, c’est donc celui qu’Adrien doit faire au mariage de sa sœur, celui qu’il cherche à éviter, qu’il écrit et réécrit. Mais ce sont aussi les discours de chacun des membres de cette famille, des paroles indéfinies qu’ils accumulent pour ne pas avoir à réellement se parler : une solitude de chacun autour de cette table. Deux histoires se déroulent en parallèle l’une de l’autre : celle de l’action visible avec ce dîner familial, et celle plus intime, qui se passe dans la tête du personnage principal. Cette dernière est faite d’angoisse, de préoccupations et de réflexions, qui sont pour la plupart, en totale déconnexion avec la réalité de ce qu’il se passe devant ses yeux.

Avec "Le Discours", Laurent Tirard propose un film réglé comme du papier à musique, où chacun des acteurs joue sa partition sans aucune fausse note. "Le Discours" est court, rythmé, inventif, percutant de tendresse, comique, émouvant et déborde de petites ou grandes vérités.

ça peut vous interesser

La Daronne : En Bluray

Rédaction

Médecin de nuit : Une nuit pour changer de vie

Rédaction

Soul : Une partition sans fausse note

Rédaction