Archives Critiques

Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain : Critique n° 1

Evénement cinématographique du printemps, le nouveau film de Jean-Pierre Jeunet est un pur bonheur. Un bonheur cinématographique, certes, mais dont l'immense altruisme excède largement le cadre d'une salle de cinéma. Car le personnage miraculeux d'Amélie Poulain (sidérante Audrey Tautou) est de ceux qui ne s'oublient pas grâce à une générosité telle que sa vocation fictionnelle ("Donner du bonheur aux gens" qui l'entourent) est un message d'amour au spectateur. Le réalisateur, outre ses fulgurances stylistiques et ses trouvailles scénaristiques est un modeste moraliste des temps modernes dont la maxime serait : le paradis, c'est les autres. Nul angélisme, ni leçon de morale dans cet axiome mais, à travers l'itinéraire de cette "madone des mal-aimés", le cinéaste fait preuve d'une mansuétude face au genre humain qui réchauffe le coeur en ces temps de cynisme et de sinistrose. 

Certes, son Paris idyllique (quasiment pas de voitures !) et pittoresque est propice aux envolées poétiques, loin des réalités de la capitale, mais son film dopé à l'énergie communicative porte un tel amour de la vie que tôt ou tard le spectateur succombe à ses charmes détonants. Amélie, joyeuse entremetteuse qui invente des destinées sentimentales aux habitués du bistrot de Montmartre où elle travaille. Car après avoir "rêvé sa vie" durant son enfance et s'être comportée de manière quasi-autiste avec les autres, Amélie bouleverse son existence à la suite d'un événement anodin et se métamorphose en ange gardien pour les gens du quartier. 

Sa rencontre avec Nino, mystérieux rêveur traînant autour des photomatons, l'entraîne dans un jeu de l'oie amoureux où l'on recule pour mieux avancer, tandis que le cinéaste multiplie les hors-pistes, les sentiers buissonniers, les chemins de traverse, pour humer l'air raréfié de l'amour et s'approcher au plus près de la poésie enivrante des amoureux immortalisés par Doisneau. Un film drôle (le catalogue à la Prévert durant les premières scènes) et mélancolique, unique et revigorant. "Les temps sont durs pour les rêveurs" entend-on au cours du film. Avec Jeunet, les "imagineurs" arpentent à nouveau le pavé de Paris, il suffit pour cela de suivre les pas d'une jeune fille craquante et touchante prénommée Amélie
Auteur :Patrick Beaumont
Tous nos contenus sur "Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain" Toutes les critiques de "Patrick Beaumont"

ça peut vous interesser

Le Chant du Loup : Au cœur du tournage

Rédaction

Le Chant du Loup : Remarquable thriller en apnée

Rédaction

Benoît Delépine et Gustave Kervern : Présidents !

Rédaction