Archives Critiques

Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain : Critique n° 2

Oyez ! Oyez ! Le nouveau Jeunet est arrivé ! ! Celui qui avait réussi à apporter un nouveau style à la créature d'Alien, est de retour avec une œuvre, le mot n'est pas trop fort, remplie de bonheur et de lumière. Car en effet, ce film vous réjouira au plus haut point. Et cela comment, me direz-vous ?Tout simplement en racontant des choses simples que chacun de nous peut faire un jour ou l'autre de son existence. C'est sur ce postulat, qui peut vous paraître un peu mince, que Jean-Pierre Jeunet construit un récit qui nous ramène aux plus tendres histoires de notre enfance : un conte. Car il est vrai que cette « mélodie du bonheur » que met en scène brillamment Jean-Pierre Jeunet est une histoire fantastique et moderne.

La simplicité du sujet vous emmènera loin de votre vie quotidienne et de ses petits tracas. Amélie Poulain, jeune fille qui vit dans l'imaginaire, va simplement appliquer un des 10 commandements : « Aide ton prochain ». Par ce biais, elle réjouira ses proches, ou moins proches, en leur donnant des moments de bonheur qu'ils attendent depuis un moment. Mais en réalisant les vœux de ses proches, on peut se douter qu'elle laisse son sort de côté.   

La déjà fameuse Amélie Poulain est interprétée par la belle Audrey Tautou. On ose même pas imaginer quelqu'un d'autre à se place tellement elle incarne le personnage à merveille. Son visage d'adolescente vous fera penser à une autre Audrey : Audrey Hephburn dans « My fair lady ». Son jeu, à la fois mélange de simplicité et de difficultés d'interprétation, est exemplaire. C'est à cela qu'on reconnaît les grands comédiens d'ailleurs.

Le reste de la distribution n'est pas à la traîne car chaque comédien épouse parfaitement son personnage. Jeunet est habitué à  nous proposer des « gueules » fameuses. On retrouve Dominique Pinon, vieux complice de Caro et Jeunet; Rufus qui incarne le père médecin d'Amélie; Isabelle Nanty en employée hypocondriaque de bureau de tabac… Cette pléiade vous ravira par sa simplicité et par l'émotion qui s'en dégage.   

Quant à la réalisation, elle est tout bonnement magnifique de simplicité. Ce récit, ce conte ne demande certes pas des caméras tournoyants dans tous les sens, ni d'effets pyrotechniques inadaptés. Vous aurez l'impression d'avoir devant vous, quelque fois un roman photo, tant le choix des couleurs semble important pour ce film. Jeunet pensait déjà au « Fabuleux destin d'Amélie Poulain » quand il est arrivé à Los Angeles pour réaliser « Alien, la résurrection ». C'est dire qu'il a porté ce film en lui et qu'il a pris visiblement plaisir à le faire.

Le grand réalisateur japonais Akira Kurozawa a dit : « Chaque plan d'un film doit faire penser à un tableau ». C'est à cela qu'est parvenu Jean-Pierre Jeunet en nous offrant des images hautes en couleurs, le récit se déroulant dans un quartier propice à ce genre d'histoire : Montmartre. S'il y a longtemps que vous n'avez pas vu un véritable chef-d'œuvre du cinéma, courez à la prochaine séance du « Fabuleux destin d'Amélie Poulain ». En sortant de là, le bonheur et la joie vous envahiront. Cette œuvre sera à classer au même titre que les films de Marcel Carné ou Jean Renoir. Le temps parlera pour nous...
Auteur :Pierre Godon
Tous nos contenus sur "Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain" Toutes les critiques de "Pierre Godon"

ça peut vous interesser

Le Chant du Loup : Au cœur du tournage

Rédaction

Le Chant du Loup : Remarquable thriller en apnée

Rédaction

Benoît Delépine et Gustave Kervern : Présidents !

Rédaction