7 décembre 2019
Critiques

Le Mans 66 : Des voitures et des hommes

Critique du film Le Mans 66

par François Bour

C’est un des plus grands duels de la course automobile que le spectateur découvre dans le film "Le Mans 66". Celui qui a opposé deux constructeurs, Ford et Ferrari à travers l’histoire de deux hommes, Caroll Shelby et Ken Miles, incarnés respectivement par Matt Damon et Christian Bale.

Les amateurs de films sur la course automobile feront sans doute le rapprochement avec "Rush" de Ron Howard, évoquant la rivalité Hunt / Lauda en Formule 1. Ils penseront peut être aussi aux films "Grand Prix" avec Yves Montand, en 1966, ou "Le Mans", de 1971, et réalisé par Lee H. Katzin. Deux références cités par James Mangold. Pourtant, le cinéaste propose avec "Le Mans 66", un angle différent de ces deux films précédemment cités. La guerre entre un petit constructeur italien et un géant américain de l’industrie automobile. Si le long-métrage du réalisateur de "Logan" est bien un film mettant en scène une rivalité sur piste, son scénario se focalise lui, non pas sur les voitures mais sur les hommes. James Mangold n’a, d’ailleurs, pas choisit par hasard le point de vue du personnage lorsqu’il film les scènes à haute vitesse. Ce sont bien ces personnages et leurs histoires qui sont au cœur du film et c’est là toute la réussite de ce dernier.

photo-le-mans-66
Les voitures de la course des 24h du Mans de 1966
Il ne faut pas se laisser duper par le titre du film. "Le Mans 66" n’est pas un film sur la course d’endurance la plus connue du monde automobile. La course sur le circuit français n’est en fait que l’épilogue. C’est entre les scènes à haute vitesse que se trouve la partie la plus captivante du film. L’histoire de deux hommes, une légende du sport automobile américain, Caroll Shelby, interprété par Matt Damon, et Ken Miles joué par Christian Bale, l’un des rares pilotes anonymes impliqués dans la grande aventure de la GT40. Le monstre de Ford est, elle aussi, un personnage du film tant elle crée le lien entre les différents protagonistes du film.

S’il est bien question de voitures et de courses, "Le Mans 66" n’en n’est pas moins un film accessible à tous tant il évoque les destins des hommes au cœur d’une rivalité automobile historique. Les destins d’un ancien pilote, star des circuits : Caroll Shelby. La destinée d’un pilote méconnu, d’un père de famille : Ken Miles. Enfin les destins, pour ne pas dire les deux philosophies, de l’artisan Enzo Ferrari d’un coté et Henri Ford II de l’autre. C’est à travers tous ces personnages que James Mangold amène le spectateur sur le circuit du Mans en 1966. Une histoire d’hommes, qui laisse d’ailleurs peu de place aux rôles féminins. Un écrin idéal pour Hollywood dans un film navigant entre réalité crue et fiction dramatique.

Comme souvent dans le sport, les coulisses, l’intimité de ce qui se passe en dehors des compétitions est tout aussi captivant que ce qui se passe sur les pistes ou les terrains. "Le Mans 66" en est un nouvel exemple.


ça peut vous interesser

Le Mans 66 : l’Ego-land movie

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 16 Novembre 2019

Rédaction

Midway : Bataille navale de Roland Emmerich

Rédaction