Archives Critiques

Le Masque de l’Araignée : Original

Alex Cross est de retour avec "Le Masque de l'Araignée" (distribué par UIP). Après ses aventures narrées dans "Le Collectionneur", en 1998, un nouveau long métrage lui est consacré. Ce profiler, comme la mode les nomme, est cette fois-ci contraint de collaborer à une enquête difficile. La fille d'un sénateur a été enlevée par l'un de ses professeurs, et cela malgré la surveillance des services secrets.

Tous les membres du FBI sont bien évidemment sur le coup dans "Le Masque de l'Araignée". Alex Cross, lui, est directement « invité » à prendre part à l'enquête par le ravisseur. Ce type de sujet, il est vrai, inonde les écrans de cinéma. Ces productions nous viennent généralement d'outre-Atlantique. Beaucoup d'entre elles sont à oublier rapidement. « Le masque de l'araignée » ne fait pas totalement partie de ce lot. Pourquoi cela ? Tout d'abord d'un point de vue scénaristique. "Le Masque de l'Araignée" débute par une bonne séquence d'introduction qui vous explique pourquoi le personnage incarné par Morgan Freeman est en retraite forcée au moment de l'enquête centrale du film.

Le thème de "Le Masque de l'Araignée" pourra vous paraître classique, mais dans le cas qui nous intéresse, le ravisseur ne semble pas avoir d'objectif précis. C'est cela qui le rend plus méchant et plus dangereux. Comme tous ses collègues de crime, il est bien évidemment plus intelligent que la moyenne. De plus, l'histoire du film "Le Masque de l'Araignée" regorge de rebondissements jusqu'au mot « fin ». Là où vous croirez qu'il est temps de reprendre votre souffle, les scénaristes vous feront basculer vers une nouvelle donne inconnue. Par cela, on peut dire que ce film tient ses promesses.

L'interprétation est juste. Ne parlons pas de Morgan Freeman. Il est impeccable dans ce style de rôles où il peut apporter toute son assurance, sa tranquillité. Il est vrai que certaines scènes donnent l'impression qu'il est supérieur aux autres, qu'il voit plus clair et plus vite : c'est un profiler après tout ! Ce personnage d'Alex Cross est plus fouillé que dans "Le Collectionneur". Quant à Monica Potter, elle donne l'impression de faire le minimum syndical dans son rôle d'agent des services secrets américains. Son physique de jeune première n'est peut-être pas adapté  à ce type de situation. En effet, tout le monde n'est pas Jodie Foster ou encore Sigourney Weaver.

La réalisation est, elle, très honorable. Sans pour autant renouveler le genre, Lee Tamahori ("L'Ame des Guerriers ») s'appuie sur des formules qui ont déjà marché. Cela ne l'empêche pourtant pas de nous donner quelques bonnes séquences : l'introduction, la remise de la rançon…. Il mérite nos encouragements en tant que « faiseur de films ». "Le Masque de l'Araignée" n'est donc pas un nouveau style de polar, mais il mérite votre attention car les scénaristes se sont à nouveau décarcasser pour trouver de l'originalité dans un tel thème.

Auteur :Pierre Godon
Tous nos contenus sur "Le Masque de l'Araignée " Toutes les critiques de "Pierre Godon"

ça peut vous interesser

Docteur Patch avec Robin Williams

Rédaction

Les Evadés : Rita Hayworth en prison

Rédaction

Concours Bluray : La Chute du Président

Rédaction