22 octobre 2019
Archives Critiques

Le Pacte des loups : Un très beau film construit sur un scénario bancal

Evénement annoncé et attendu depuis déjà plusieurs mois, "Le Pacte des Loups" avait de quoi séduire : casting impressionnant mélangeant toutes les générations du cinéma, scénario historico-fantastique mêlant aventures de cape et d'épées et scènes d'action virevoltantes, budgets impressionnant et acteurs de choix, le tout placé sous la direction d'un cinéphile amateur de films de genre et de belles images…

Christophe Gans a fait d'indéniables progrès depuis "Crying Freeman", très beau film construit sur un scénario bancal : non content d'être rempli de très belles images, "Le Pacte des Loups" s'appuie sur une histoire reativement bien ficelée même si les plus perspicaces auront tôt fait de découvrir le fin mot de l'histoire (N.D.L.R. : le titre recèle un indice de taille...).

A l'instar des récents "Sleepy Hollow" de Tim Burton ou "Tigre et Dragon" de Ang Lee, le film ressemble fort à l'hommage d'un réalisateur aux histoires qui ont bercé sa jeunesse : séduisantes princesses, cruels gredins, héros courageux, acolytes loyaux, sombre secret, monstre effrayant, coups de théâtre, batailles, duels; autant d'ingrédients que Gans marient plutôt bien.

Ces références incessantes et ces hommages appuyés ont pourtant un inconvénient, celui de faire du film un fourre-tout certes magnifique mais sans réelle ligne conductrice. On passe de l'histoire d'amour au combat d'arts martiaux presque sans transition avant de replonger aussitôt dans un climat d'inquiétude et de mystère.

Fort heureusement, dans chacun de ces domaines, le réalisateur en cinéphile averti s'en tire avec les honneurs soutenu en cela par des acteurs tous très bien dans leur rôle au premier rang desquels un Samuel Le Bihan à la fois familier et surprenant (mention spéciale à l'exotique Mark Dacascos qui compose un personnage d'indien taciturne de toute beauté).

Pour toutes ces qualités on pardonnera à Christophe Gans d'avoir cédé à quelques clichés esthétiques à la mode (notamment les ralentis incessants et agaçants à force de répétition).

Pourtant, au-delà de toutes ses qualités visuelles et narratives, le grand mérite de ce film c'est avant tout d'être français, Gans prouve ainsi de belle manière que lorsqu'il s'en donne les moyens, le cinéma français est capable de concurrencer le cinéma américain sur son terrain.

Auteur :Guillaume Branquart
Tous nos contenus sur "Le Pacte des loups" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Hors Normes : Sonnette d’alarme

Rédaction

CineComedies 2019 : Dikkenek ou l’humour irrévérencieux

Rédaction

Avant-première du film Hors Normes à Kinepolis Lomme

Rédaction