23 octobre 2020
Archives Critiques

Le Petit Lieutenant : Police sur la ville

A sa manière, modeste mais fière, "Le Petit Lieutenant" est l'anti-"36 Quai Des Orfèvres" d'Olivier Marchal sorti voici quelques mois. Car ici, pas de dramatisation excessive même si l'intensité gagne à mesure que le final se rapproche, pas de scènes spectaculaires ponctuées de fusillades en dépit de quelques séquences nerveuses, pas de personnages pittoresques éloignés de la réalité mais des hommes et des femmes passionnés par leur métier et surtout un style sec et épuré (ici nul flot musical intempestif !) parfaitement en phase avec le quotidien d'une brigade de la 2e division de police judiciaire à Paris.

Mais que le spectateur potentiel ne se méprenne pas : le quatrième film de Xavier Beauvois n'est pas un documentaire sur la vie des flics dans la capitale, simplement "Le Petit Lieutenant" est la chronique émouvante et juste d'un inspecteur fraîchement débarqué de l'école de police (Antoine interprété par un parfait Jalil Lespert) dont l'enthousiasme va se heurter aux dures réalités d'un métier pas toujours exaltant, loin s'en faut.

Ecrit en collaboration avec deux inspecteurs de la PJ, le film prend son temps pour installer l'atmosphère particulière d'un commissariat parisien et la routine qui traverse l'ordinaire d'une journée, entre situations banales et événements attendus.

Si les personnages sont typés, ils ne sombrent pas dans les clichés ; certes le récit n'évite pas quelques séquences prévisibles comme celle au bistrot avec vannes machistes entre deux verres mais dans l'ensemble, "Le Petit Lieutenant" se garde de verser dans les images éculées et parvient à montrer avec authenticité le versant montagnes russes de ce métier où les extrêmes se côtoient souvent dans une seule journée (voir le réalisme sans fard de l'autopsie d'un cadavre).

Dans cette vie scandée par l'ennui et rythmé par les enquêtes, Antoine ressemble à un enfant trop vite grandi au regard captivé par ce milieu dont il rêvait. Sa vie intime en lambeaux, sa vie professionnelle se révèle peu palpitante jusqu'à la mort d'un SDF dont l'enquête menée avec ses collègues l'emmènera jusqu'au point de non-retour.

Cependant, au-delà des remarquables qualités d'un scénario dont la précision confère une certaine originalité à un film de genre qui ne cherche pas à transiger avec les codes, et de l'efficacité d'une mise en scène qui ne s'encombre pas d'artifices, "Le Petit Lieutenant" vaut surtout par une distribution admirable qui, des premiers rôles aux personnages secondaires, leste le film d'une poignante humanité.

A ce titre, on se souviendra longtemps de l'interprétation de Nathalie Baye en Caroline Vaudieu, magnifique personnage accompagné de ses fêlures, de ses zones d'ombre, d'un désarroi parfois, dont le mystère ne sera pas levé au crépuscule du film avec un ultime regard caméra d'une profondeur bouleversante.

Auteur :Patrick Beaumont
Tous nos contenus sur "Le Petit Lieutenant" Toutes les critiques de "Patrick Beaumont"

ça peut vous interesser

Beau-Père : Dangereuse sous tous rapports

Rédaction

La Fille au Bracelet en DVD et Bluray

Rédaction

Un long dimanche de fiançailles : Audrey for ever

Rédaction