Archives Critiques

Le Sortilège du scorpion de Jade : Drôle et inventif

Et revoilà Woody Allen avec "Le Sortilège du Scorpion de Jade" (distribué par Bac Films) ! Le new-yorkais à lunettes et à l'humour dévastateur n'en finit pas de tourner et d'alterner entre les époques. Pour le cru 2001, il nous transporte dans l'Amérique de 1940. Vieil enquêteur aux méthodes jugées ringardes, C.W. Briggs a un vrai problème avec Betty Ann Fitzegald, la nouvelle assistante de la compagnie d'assurances qui l'emploie : il la trouve revêche, brutale et pleine d'idées farfelues sur la modernisation du service d'enquêtes et elle le considère raté, dépassé et incapable de mener une enquête à son terme. Chacune de leur rencontre tourne en une mémorable prise de bec. Au cours d'une soirée au restaurant pour fêter l'anniversaire d'un collègue, les deux adversaires sont mis à contribution par un hypnotiseur pour un numéro très spécial… qui va changer leur vie.  

Grand amateur de l'époque, Woody Allen reconstitue dans "Le Sortilège du Scorpion de Jade", avec une délicieuse minutie, l'ambiance et le charme du New York de 1940 pour y faire vivre une truculente galerie de personnages comme lui seul sait en imaginer. Grand architecte du verbe, le cinéaste se met en scène dans une variante de son éternel rôle de petit bonhomme brimé et maladroit. En face de lui, une Helen Hunt meilleure que jamais lui rend coup pour coup (mot pour mot ?) les piques qu'il ne cesse de lui envoyer. Les chamailleries des deux personnages à travers les dialogues extrêmement drôles de Woody Allen cachent un jeu de séduction houleux, dans la droite lignée des films que Howard Hawks pouvait réaliser à l'époque.  

Brillant hommage à peine voilé à ce cinéma haut en couleurs à la fois drôle et divertissant, "Le sortilège du scorpion de Jade" constitue une belle réussite. Visiblement à l'aise, les acteurs s'en donnent à coeur joie pour incarner les archétypes de l'époque : de la femme fatale au patron infidèle en passant par les collègues joueurs. Régal pour les yeux, "Le Sortilège du Scorpion de Jade" l'est aussi pour les oreilles grâce à la sélection musicale toujours très jazzy de Woody Allen et aux irrésistibles dialogues.

Drôle, divertissant et toujours inventif, Woody Allen reste fidèle à lui-même et nul ne songerait à s'en plaindre.

Auteur :Guillaume Branquart

Tous nos contenus sur "Le Sortilège du scorpion de Jade" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Villa Caprice : Arestrup magistral

Rédaction

Le Jeu de la Dame : Retour sur le casting

Rédaction

The Blues Brothers : Et Dieu créa la flamme !

Rédaction