30 juillet 2021
Archives Critiques

Les Acteurs : Génial florilège

Trois acteurs célèbres sont dans un restaurant. Jean-Pierre Marielle attend un pot d'eau chaude depuis bientôt dix minutes et, ne voyant pas revenir le serveur, commence à douter de la qualité de son interprétation. Houspillé par André Dussollier et Jacques Villeret, il décide de chercher un remède à ses problèmes.

Dans les rues de Paris, Pierre Arditi, assailli par une groupie, se pose des questions sur le couple qu'il forme avec Jean-Claude Brialy. On découvre Gérard Depardieu encastré dans un panneau publicitaire après un accident de moto, quant à Sami Frey, aidé de Claude Rich, il fait le singe sur les Champs-Elysées avant de se chamailler avec Dussolier, lequel préfère se faire remplacer pour les scènes suivantes par· Josiane Balasko.

Entre temps, Michel Piccoli pique une colère en trouvant Marielle chez lui et Michel Serrault, qui ne trouve pas la caméra, quitte le tournage en se plaignant du scénario pour tomber sur un Jean-Paul Belmondo qui se marre. Delon débarque sur le plateau pour réclamer un peu de silence en mémoire de Ventura et Gabin. Tout ce petit monde disserte longuement sur les acteurs qui sourient, ceux qui boivent, ceux qui se fréquentent pendant que l'infortuné Jean-Pierre Marielle tente désespérément d'obtenir son pot d'eau chaude.

"Les Acteurs", en plus d'être un fourre-tout génial, constitue une sorte de condensé de cinéma, le panorama de toute une génération d'acteurs (au sens large) du cinéma français. Le scénario en apparence loufoque et décousu n'est qu'un prétexte à une succession de scènes tantôt comiques, tantôt sérieuses. Bertrand Blier, trublion du cinéma français depuis "Les Valseuses" réfléchit intelligemment sur le devenir et le vieillissement des acteurs, joue avec eux (au propre et au figuré) et avec le spectateur. On se régale en les voyant se disputer comme des gamins, s'inquiéter pour leur talent, piquer des crises ou se lancer des vannes.

Blier brouille les pistes, on distingue difficilement le vrai du faux, les acteurs cherchent sans cesse la caméra, on ne sait plus quand ils jouent ou quand ils sont naturels. Les quelques moments sérieux se révèlent sublimes à l'image de cette confession vérité de Maria Schneider ou de la touchante scène finale. Cette grande réunion de famille est pleine de rires mais aussi de souvenirs, on y rend des hommages et on évoque les disparus. Jamais pesant, le rythme trépidant du film accorde à chaque participant sa petite heure de gloire.

Mêlant le vrai au faux, le réel à l'imaginaire le cinéaste jette là un dernier regard sur une grande époque du cinéma français, un regard souriant, chaleureux, un peu nostalgique mais aussi admiratif. C'est du vrai cinéma, du grand cinéma, Blier renoue avec sa verve d'antan (les dialogues sont superbes) et promet que si le public est au rendez-vous, ce pourrait bien être au tour des actrices de débouler sur les écrans.

Auteur :Guillaume Branquart
Tous nos contenus sur "Les Acteurs" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Mystère à Saint-Tropez : Catastrophe !

Rédaction

Mélodie en sous-sol : Duo de choc !

Rédaction

La Brigade des Maléfices : Saison 1

Rédaction