18 novembre 2019
Critiques

Les Animaux Fantastiques : La belle surprise !

Voilà un film qu'on attendait tous cette année et dont on craignait quelque peu d'être déçus. Que nenni ! C'est une agréable surprise. Quelques petits défauts certes, mais l'ensemble reste un très bon film qui parvient à se détacher de l'univers d'Harry Potter, tout en s'imprégnant de l'âme de cette atmosphère qu'on aimait tant.

Les principaux défauts, pour faire vite, résident d'une part dans le caractère parfois trop fouillis du scénario. On ne comprend pas toujours la légitimité de tel ou tel élément et d'autres sont survolés. Egalement, la facilité scénaristique de la fin des blockbusters de vouloir à tout prix tout détruire pour en mettre plein la vue, mais dont la sauce ne prend guère plus. Et enfin (et surtout) l'apparition en gros teasing de fin, de Johnny Depp, totalement ridicule (dans son rôle et dans son look) qui brise une peu l'ambiance et qui, en mon sens, pourrait gâcher la suite.

Néanmoins, ces quelques éléments dits, "Les Animaux Fantastiques" frappe fort. Là où il aurait pu totalement s'écrouler, notamment dans la reprise d'un univers si emblématique (pâle copie ou au contraire œuvre trop éloignée), David Yates parvient sur moult détails à se détacher de l'œuvre originelle et créer un univers pertinent et neuf, tout en ne se perdant pas ; ce qui, il faut le souligner, n'était pas aisé. On passe donc d'une ambiance british aux rues de New-York, de personnages d'enfants à des adultes, du contemporain à un film d'époque, mais également à un film résolument sombre dès le départ et non de façon progressif comme dans HP.

J.K. Rowling, au scénario, a su très bien s'adapter à ce style de travail bien spécifique pour créer une histoire complète avec des retournements parfois inattendus. L'humour est justement dosé grâce à l'excellent Dan Floger, la belle découverte du film. Eddie Redmayne est toujours aussi charismatique et juste dans ses interprétations.

Bref, vous l'avez compris, "Les Animaux Fantastiques" a su nous en mettre plein les yeux et tirer sa force, de ce qui aurait pu être un échec regrettable. Et maintenant, qui ne rêverait pas d'avoir un Niffler rien que pour lui ?
Auteure :Lucile Tallon
Tous nos contenus sur "Les Animaux Fantastiques" Toutes les critiques de "Lucile Tallon"

ça peut vous interesser

Doctor Sleep : Mike Flanagan a osé

Rédaction

Joker : Plaisanterie de courte durée

Rédaction

Joker : Ceci n’est pas un film de super-héros

Rédaction