Critiques

Les Envoûtés : Loin d’être envoûtant

Par Jérémy Joly


Après avoir réalisé "Le Grand Alibi" (2008), "Cherchez Hortense" (2012) et dernièrement "Tout de suite maintenant" (2015), Pascal Bonitzer revient au cinéma avec "Les Envoûtés". Il s'agit de l'adaptation d'une nouvelle fantastique d'Henry James « Les Amis des Amis » (aussi connue sous les titres de « L'Origine de la chose » et « Comment tout arriva ») qui nous plonge dans une histoire de fantômes.

Afin d'écrire le « récit du mois », Coline, pigiste pour un magazine féminin, est envoyée au fin fond des Pyrénées. Elle a pour mission d'interviewer Simon, un artiste un peu sauvage qui aurait vu apparaître le fantôme de sa mère à l'instant de la mort de celle-ci. Coline est d'autant plus curieuse de réaliser cette interview depuis que sa voisine, la belle Azar, prétend avoir vu le fantôme de son père. Simon, au cours de la nuit de leur rencontre, tente de séduire Coline qui, après lui avoir résisté, finit par tomber amoureuse...

photo-les-envoutes
Sara Giraudeau - Copyright SBS Distribution

"Les Envoûtés" est servi par Sara Giraudeau et Nicolas Duvauchelle qui forment un joli duo. Sara Giraudeau, actrice du moment depuis qu'elle a reçu le César du meilleur second rôle pour le film "Petit Paysan", a une belle présence, avec ses grands yeux et sa voix si singulière. Nicolas Duvauchelle, rempli de charisme, est inquiétant au point de se demander si son personnage ne serait pas dangereux. Malheureusement, cela n'est pas suffisant à rendre attachants leurs personnages, peu développés. Ils sont remplis de mystère et le scénario ne donne aucune réponse aux spectateurs, ce qui a pour conséquence un détachement pour ces deux rôles. Quant à Nicolas Maury, il continue de nous démontrer qu'il peut être bon dans n'importe quel rôle.

L'histoire est dominée par des silences qui tentent d'installer une atmosphère particulièrement pesante, mais cela n'entraîne que de l'ennui. Il faut attendre les dernières scènes du film pour trouver un minimum d'intérêt, le suspense arrivant bien trop tardivement. C'est d'ailleurs dans la dernière scène que l'on peut voir un mouvement de caméra très intéressant, lorsqu'un des personnages tente de mettre fin à ses jours. Enfin, les scènes d'amour, très osées, sont d'une grande originalité par la manière dont elles sont filmées.

Vous l'aurez compris, "Les Envoûtés" n'a pas grand-chose d'envoûtant. Pascal Bonitzer aura malgré tout tenté de remettre au goût du jour le genre fantastique, si rare dans le cinéma français...


Tous nos contenus sur "Les Envoûtés" Toutes les critiques de "Jérémy Joly"

ça peut vous interesser

Pour une femme : Une libération rouge

Rédaction

Les choses de la vie ont 50 ans !

Rédaction

La Grande Vadrouille : Le film aux 17 millions de spectateurs !

Rédaction